Euro-Rolling 2019 : votre nouveau rendez-vous politique ! Découvrez chaque jour, les résultats de notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et CNews sur les intentions de vote en continu pour les élections européennes. Rappelons que les résultats de cette enquête doivent être interprétés comme une indication significative de l’état des rapports de force actuels dans la perspective du prochain scrutin européen. En aucun cas ils ne constituent un élément prédictif des résultats le jour du vote.

Desserrement de l'écart entre LREM et RN

La liste de la République en Marche conduite par Nathalie Loiseau a gagné un point cette semaine (23,5% des intentions de vote), ce qui lui permet de prendre une grande distance vis-à-vis de la liste menée par Jordan Bardella (21%). La liste des Républicains conduite par François-Xavier Bellamy rassemble en fin de semaine 13% des intentions de vote, une baisse d'un point en seulement 7 jours. Cette baisse peut s'expliquer en partie par la grande difficulté de remobiliser l'électorat de François Fillon de 2017 et éviter sa fuite vers les listes LREM (23%) et RN (12%). 

Gauche : La France Insoumise à un léger avantage

Alors que les forces de gauche ne parviennent toujours pas à trouver un compromis, l'évolution des courbes d'intentions de vote d'Europe Ecologie Les Verts et de La France Insoumise aboutit cette semaine à une légère avance de la liste menée par Manon Aubry : à 8,5 % contre 7,5%, la France Insoumise devance les Verts pour le cinquième jour consécutif. 

En revanche, on note, que l'alliance entre Place Publique et le Parti socialiste sur les intentions de vote en faveur de leur liste commune ne parvient toujours pas à dépasser les 5,5% et se maintient au même niveau, au même titre que la liste Debout la France conduite par Nicolas Dupont-Aignan, qui obtient cette semaine 5% (-1 point).

44 % des sondés vont sanctionner la politique d'Emmanuel Macron et du gouvernement 

Pour la troisième fois depuis le sondage Ifop Fiducial pour Sud Radio, Paris Match et Cnews, 52% des personnes interrogées souhaitent voter pour les enjeux nationaux, contre 48% (46% la semaine dernière) qui souhaitent voter pour les enjeux européens. 

La place du vote "sanction" à l'agard du gouvernement dans le vote, semble légèrement s'atténuer : 44 % des sondés disent vouloir sanctionner la politique du président et du gouvernement. C'est 4 points de moins que vendredi 29 mars (48%). A l'inverse, 18% veulent soutenir la politique du président de la République et du gouvernement. Plus de points par rapport à la semaine dernière (16%). 

L'acte XX de la mobilisation des Gilets jaunes, au coeur des discussions des français 

Cette semaine encore, l'événement le plus marquant des français reste les manifestations des gilets jaunes chaque semaine; l'acte XX de la mobilisation des Gilets jaunes du samedi 30 mars obtient 49% . 49 % également pour les débats autour de la réforme des retraites. La proposition de Gérald Darmanin, ministre des Comptes publics, de supprimer la redevance audiovisuelle a anomé les conversation d'un français sur trois (35%). Seulement 25% pour le remaniement du gouvernement après le débat de Nathalie Loiseau, Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi. 

La méthodologie du sondage

Sondage IFOP réalisé par internet tous les jours depuis le 04 mars 2019 auprès d’un échantillon quotidien de 500 personnes (40.000 personnes sur la période totale du sondage) représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas au regard de critères : ―sociodémographiques : sexe, âge de l’individu; ―socioprofessionnels : profession de l’individu ; ―géographiques : région administrative, taille d’unité urbaine ; Ces quotas ont été définis à partir des données de l’Insee pour la population âgée de 18 ans et plus résidant en métropole (Insee RP 2015). 

Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 02 au 05 avril 2019

Concernant les marges d'erreur

La théorie statistique permet de mesurer l’incertitude à attacher à chaque résultat d’une enquête. Cette incertitude s’exprime par un intervalle de confiance situé de part et d’autre de la valeur observée et dans lequel la vraie valeur a une probabilité déterminée de se trouver. Cette incertitude, communément appelée «marge d’erreur», varie en fonction de la taille de l’échantillon et du pourcentage observé.

L'Ifop précise bien que «les résultats de cette enquête doivent être interprétés comme une indication significative de l’état des rapports de force actuels» mais qu'ils ne constituent en aucun cas un «élément prédictif des résultats le jour du vote».

Les rubriques Sudradio