Éric Zemmour : "Ceux qui nous parlent d'intégration sont des illusionnistes"

Éric Zemmour
Éric Zemmour ©Sud Radio

Éric Zemmour, auteur de "Destin Français" (Albin Michel), était l'invité du Grand Matin Sud Radio.

Après le tollé provoqué par ses propos sur le plateau des Terriens du Dimanche à l'encontre d'une des chroniqueuses de Thierry Ardisson, Hapsatou Sy, dont il a critiqué le prénom, une pétition a été lancée sur Internet pour appeler les médias à ne plus inviter Éric Zemmour.

Invité du Grand Matin Sud Radio, l'auteur de "Destin Français" (Albin Michel), a d'abord répondu à ses détracteurs par l'ironie : "Ces gens ne vont pas assez loin. Ils doivent proposer mon exil à Sainte-Hélène, qu’on rétablisse, pour moi, le bagne à Cayenne. Il faudrait songer au rétablissement de la guillotine place de la Concorde…"

"Ces gens sont des terroristes et des totalitaires"

 

Avant de se montrer plus offensif : "Ces gens sont des terroristes et des totalitaires."

Il n'y a plus, aujourd'hui, de débat rationnel et intellectuel. Il n'y a plus que l'émotion et la judiciarisation.

Pour lui, cette polémique et les précédentes qui l'ont touché sont la démonstration "qu'il n'y a plus, aujourd'hui, de débat rationnel et intellectuel".

"Il n'y a plus que l'émotion et la judiciarisation, déplore-t-il. On a le droit de discuter, de s'engueuler, d'être excessif. Quand j'étais enfant, c'était le charme des discussions. Les étrangers étaient fascinés par ce débat à la française, par cette capacité, dans tous les foyers, de s'engueuler. Pourquoi a-t-on perdu ça, au nom d'un politiquement correct complètement fou ?"

"C'est fini l'intégration, nous sommes au temps de la désintégration"

 

 

Fustigeant la société d'aujourd'hui, qu'il confesse "ne pas aimer", Éric Zemmour a dénoncé l'illusion de la société d'intégration : "Je suis moi-même un produit de l'assimilation. Ça veut dire qu'on devient le même parce qu'on s'approprie l'Histoire du pays dans lequel on rentre. On s'assimile, on devient le même. Ce qu'on a appelé l'intégration, qu'on a cru être une édulcoration gentille, c'est une antiphrase, c'est la désintégration. Chacun se replie sur ses communautés, ses racines, sa religion, ses prénoms. Et ceux qui viennent de l'étranger ne viennent plus dans un pays, ils viennent dans une diaspora, la leur. Ceux qui vous parlent d'intégration sont des illusionnistes. C'est fini l'intégration, nous sommes au temps de la désintégration. C'est encore une de ces nuances bidon qui permettent de noyer le poisson."

 

 

 

Les rubriques Sudradio