éditorial

L'édito de Françoise Degois

Françoise Degois Sud Radio Éditorialiste
Politique

Emmanuel Macron : une éclaircie en trompe-l'oeil

Ça va mieux pour Emmanuel Macron dans les sondages, il reprend un peu d’oxygène. Mais attention, le président n’est pas sorti de l’auberge.

Oui, attention au trompe-l’œil ! Le débat national fait du bien à la cote du chef de l’état qui, je le rappelle, reste tout de même à un fort niveau d’impopularité. Trompe-l’œil d’abord sur le plan social, les gilets jaunes sont encore là. Tous les samedi, déterminés, encore soutenus par l’opinion, ils sont là, ne lâchent pas, occupent l’espace et malgré toutes les tentatives pour discréditer ce mouvement et ses figures publiques, ils sont encore là. Trompe-l’œil ensuite sur le plan politique avec la démission spectaculaire du député Mathieu Orphelin, du groupe LREM a la façon Hulot, dont il est très proche, au nom de l’écologie... Trompe-l’œil enfin sur ce groupe de députés car la loi anti-casseurs ou plutôt anti gilets jaunes est passée. 50 députés se sont abstenus sur la loi anti-casseurs... C’est la limite du En même temps, du et droite et gauche et bon nombre d'élus venus de cette gauche, sont de plus en plus rétifs à la ligne très droitière et libérale sur le plan économique et celui des libertés publiques.

Et puis il y a l’affaire Benalla qui n’en finit pas de rebondir, avec Matignon qui affirme être à l’origine de la démarche judiciaire contre Mediapart sous prétexte que la cheffe du groupement de sécurité de Matignon a reçu Benalla à son domicile en juillet dernier, avec son compagnon, un militaire, Chokri Wakrim, impliqué avec Benalla,dans un contrat de sécurité avec un oligarque russe. Je ne sais pas si vous me suivez, mais en réalité, on nage en plein délire. Et surtout, sans voir des complots partout, on se demande bien ce qui peut pousser Matignon, au delà de l’objet officiel de la plainte, à faire procéder à une perquisition d’un journal qui publie révélations sur révélations dans cette affaire. Une plainte en défense de Benalla, en quelque sorte. 

L’Élysée fait le calcul que désormais, Benalla est dissocié dans l’opinion, de Emmanuel Macron. Mais c’est faux. Car Benalla est un détonateur, c’est l’affaire qui fait plonger Emmanuel Macron et sa promesse de renouvellement. Et c’est la démission fracassante de Nicolas Hulot qui a accéléré la chute, puis la crise des carburants et des gilets jaunes. Aujourd’hui nous sommes dans les répliques en quelque sorte, Benalla suite et non pas fin, Orphelin qui claque la porte, gilets jaunes encore et toujours... Tout cela mis bout à bout éclaire la précarité de la situation politique de Emmanuel Macron qui joue toute sa mise sur Le Grand Débat. Comme au poker, comme s’il il faisait tapis avec un simple paire en main en espérant toucher un carré après la distribution des cartes. Si la sortie du grand débat est à la hauteur de la colère des gilets jaunes et des espérances citoyennes , il peut ramasser la mise momentanément. 

Mais pour le moment , il ne semble pas encore savoir comment on atterrit après ce grand show en CinémaScope de 2 mois. Si la montagne accouche d'une souris, gare à la redescente aux enfers. 

Les rubriques Sudradio