Emmanuel Macron et Édouard Philippe dégringolent dans les sondages

Frédéric Dabi, Directeur Général Adjoint de l'IFOP
Frédéric Dabi, Directeur Général Adjoint de l'IFOP, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10 AFP

Frédéric Dabi, Directeur Général Adjoint de l'IFOP, était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 4 décembre animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur le dernier sondage Ifop Fiducial pour Sud Radio et Paris Match. 

 

Emmanuel Macron perd six points de popularité

Le dernier sondage Ifop Fiducial pour Sud Radio et Paris Match vient d'être publié et avec lui, les chiffres de la popularité d'Emmanuel Macron. Frédéric Dabi, Directeur Général Adjoint de l'IFOP, les commente au micro de Sud Radio. Une véritable dégringolade pour le président de la République et son Premier ministre. "Il a perdu six points en un mois, dix en deux mois, et passe sous la barre des 23%, seuil symbolique puisqu'il s'agit du socle obtenu lors des élections présidentielles en 2017. Il est au même niveau que le François Hollande de décembre 2013 aux prises avec les Bonnets rouges, au ras-le-bol fiscal et à l'affaire Léonarda."

Tout aussi symbolique, il faut savoir qu'un électeur d'Emmanuel Macron sur deux désapprouve sa politique. Quels sont les principaux points de désaccord ? "L'injustice avec la fin de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) et la déconnexion : 90% des Français trouvent que le président ne comprend pas leurs préoccupations."

Le Premier ministre est entraîné dans la chute 

Alors même qu'il résistait un peu à la dégringolade subie par le chef de l'État, désormais, Édouard Philippe est également entraîné dans la chute. "Il a en effet perdu dix points, il est apparu fermé au dialogue alors que c'est ce qui faisait sa force jusqu'à présent. Les Français ont le sentiment que le gouvernement ne parvient pas à régler le mouvement des Gilets jaunes, ne parvient pas à faire cesser les violences. Derrière ce mouvement, le pouvoir d'achat : ce quinquennat risque de devenir un bataille pour augmenter ce pouvoir d'achat." Emmanuel Macron a toujours un socle mais ça ne lui suffira pas à finir son quinquennat.

Face à lui, qui incarne le mieux l'opposition ? "Ce qui est inédit c'est que jusqu'à présent il n'y a pas de réceptacle politique aux mécontentements des Français. Pour autant, dans ce baromètre, il y a un tournant : pour la première fois le RN de Marine Le Pen (33%) est presque la première formation à incarner l'opposition. Sachant qu'il y a deux mois, il y avait vingt points d'avance pour la France insoumise de Mélanchon." Notons au passage par ces résultats le rejet des forces politiques traditionnelles en place depuis trente ans. "Il faut savoir que 20% pour LR, 4 sur 10, pense que LR incarne le mieux l'opposition. Cela s'explique en partie par le rejet des élites et par le fait que LR et les Socialistes ont du mal à se remettre de la défaite historique d'avril 2017."

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger
 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio