Elections : les enjeux des sénatoriales de ce dimanche

Ce dimanche, les grands électeurs sont appelés à renouveler la moitié du Sénat qui devrait logiquement rebasculer à droite. Le FN pourrait également faire son entrée au Palais du Luxembourg, ce qui serait une première.

Thumbnail

On vote ce dimanche en France. Mais pas tout le monde... Les 87 000 grands électeurs du pays sont appelés aux urnes pour renouveler la moitié du Sénat. Il s'agit pour la plupart de conseillers municipaux, maires, conseillers généraux, mais aussi de délégués, désignés par les élus locaux.Les bureaux ont ouvert ce matin et fermeront dans l'après-midi. L'abstention devrait être extrêmement faible sur ce scrutin. Et pour cause, le vote y est obligatoire. Tout manquement est sanctionné par une amende de 100 euros. En revanche, si le vote est obligatoire, il est également défrayé : frais de déplacement et frais de bouches sont pris en charge.

Le FN au Sénat?

Pour ce qui est du scrutin de ce jour, le Sénat devrait logiquement rebasculer à droite, signant un troisième déconvenue pour la gauche après deux sévères échecs aux municipales et aux européennes.Autre point d'attention ce dimanche, l'entrée, ou non du Front national au Palais du Luxembourg, ce qui serait une première. La représentation grandissante du parti de Marine Le Pen au sein des collectivités locales (dont le Sénat est censé être l'a représentation) pourrait permettre de faire rentrer un sénateur FN, notamment dans les Bouches-du-Rhône, ou le Var. En effet, dans ces deux départements, le parti enregistre de bons scores, et le mode de scrutin y est "à la proportionnelle", ce qui augmente les chances pour le FN d'obtenir un siège dans ces territoires.