single.php

Christian Jacob : "Si les élus ne servent à rien, laissons les énarques se débrouiller"

Par Benjamin Jeanjean

Maire de Provins et chef de file des Républicains à l’Assemblée nationale, Christian Jacob était l’invité ce mardi de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier, avec la presse quotidienne régionale. Selon lui, la méthode employée par Emmanuel Macron pour sa réforme du code du travail n’est pas la bonne.

"J’ai cru comprendre que le Parlement allait être traité par le mépris". Sur le plateau de Territoires d'Infos, la matinale de Sud Radio et Public Sénat présentée par Cyril Viguier avec la presse quotidienne régionale, le député-maire (LR) de Provins (Seine-et-Marne), Christian Jacob, a exprimé son désaccord avec la volonté d’Emmanuel Macron de procéder par ordonnance pour faire passer sa réforme du code du travail. "La loi Travail avait généré des violences partout en France, il n’y avait pas eu de débat parlementaire puisqu’avant même la discussion, on a déclenché le 49.3. Et là, au lendemain des législatives, ce gouvernement viendrait dire aux parlementaires "Circulez, il n’y a rien à voir" ?", s’est-il étonné. "Si on considère que les élus du peuple ne servent à rien, parfait : laissons les énarques se débrouiller entre eux !", a-t-il ajouté avant de préciser qu'"à vouloir mettre tout le monde sous l’étouffoir, on essaie de bloquer tous les pouvoirs".

"Nous avons tiré les enseignements de la présidentielle"

Pour ce qui est des législatives, Christian Jacob a fustigé le projet du gouvernement actuel, notamment sur l’augmentation de la CSG. "Nous considérons qu’il faut relancer le pouvoir d’achat, donc nous sommes opposés à toute augmentation d’impôts. 23 milliards d’euros de CSG supplémentaires sur le dos, c’est l’équivalent d’un tiers de la recette de l’impôt sur le revenu", a-t-il pointé avant de s’expliquer sur les modifications apportées au programme commun des candidats Les Républicains par rapport au projet initial de François Fillon. "Nous avons tiré les enseignements du premier tour de la présidentielle. Le projet de François Fillon est apparu comme brutal à certaines catégories sociales. Sur deux points nous avons changé les choses : on ne va pas augmenter de deux points la TVA, et nous baissons l’impôt sur le revenu du 10%", a-t-il précisé.

"On est vraiment dans l’antiparlementarisme primaire"

Le chef de file des Républicains à l’Assemblée nationale a également été interrogé sur la loi de moralisation de la vie politique en préparation actuellement. "Je n’ai rien vu pour le moment, j’attends. Il semblerait que l’on soit dans des mesures d’une démagogie totale, j’ose espérer qu’il y en aura de plus sérieuses. Je suis contre la suppression de la réserve parlementaire. On crée ce climat de suspicion insupportable. On parle de corruption. À ma connaissance, aucun parlementaire en fonction n’a été condamné pour corruption. On est vraiment dans l’antiparlementarisme primaire", a-t-il tout d’abord déclaré avant de défendre la possibilité pour un maire d’effectuer plus de deux mandats. "Quand on veut faire bouger une ville ou un territoire, on a besoin de temps. Après, c’est aux Français de juger, il faut arrêter de vouloir tout encadrer ! On va arriver à une caste d’élus qui seront des hauts fonctionnaires, qui feront carrière dans l’administration avant d’aller chercher un petit mandat local tout en habitant toujours à Paris parce qu’il faut bien que les enfants aillent à Louis-le-Grand, et qui iront ensuite faire du pantouflage dans le privé. Ce n’est pas ça la politique !", s’est-il emporté.

"Nous sommes toujours en guerre contre le terrorisme"

Sans surprise compte tenu de l’actualité, Christian Jacob a également exprimé sa solidarité envers les proches des victimes de l’attentat de Manchester. "Ça doit nous montrer qu’il faut toujours être extrêmement vigilant dans la lutte contre le terrorisme. Nous sommes toujours en guerre contre le terrorisme et des actes dramatiques comme cela viennent nous le rappeler", a-t-il déclaré avant de rappeler le projet programmatique des Républicains d’augmenter les moyens de surveillance et de contrainte physique et de lutter contre la récidive.


Invité : Christian Jacob - Territoires d'infos... par publicsenat

L'info en continu
22H
21H
20H
19H
18H
17H
16H
15H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/