Bruno Retailleau : "Cela faisait 15 jours que le gouvernement n’avait pas inventé de taxe"

Bruno Retailleau, sénateur de Vendée, président du groupe LR au Sénat et président de Force républicaine, était l’invité politique de Patrick Roger le 11 juillet sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Bruno Retailleau interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 11 Juillet  à 7H40.

Les dîners fastueux de François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, est-ce vraiment scandaleux ? "C'est scandaleux si ce sont des dîners privés, estime Bruno Retailleau. Cela revient à une appropriation des lieux de la République. Nous en avons marre d’entendre des leçons de morale. Si c’est cela, la République exemplaire, beaucoup de Français seront déçus. Bien sûr que ce sont des privilèges. On utilise à des fins personnelles les moyens de la République. Ces dîners sont-ils d’ordre privé ou officiel ?"

 

Benjamin Griveaux, "le choix du prince"

Benjamin Griveaux a été investi par LREM à Paris. Qu’en pense-t-il ? "C’est le choix du prince, chacun savait que depuis le début, Emmanuel Macron voulait que ce soit un marcheur historique". Rachida Dati sera-t-elle candidate pour LR ? "Elle est légitime à l’être, mais il y aura une commission d’investiture à la rentrée, pour choisir qui peut battre Anne Hidalgo. Les jeux ne sont pas faits. Les élections locales sont locales", rappelle le sénateur de Vendée.

Qu’est-ce qui ne va pas dans le projets de loi Mobilités, l'échec de la commission mixte paritaire ? "On veut donner aux communautés de communes rurales de nouvelles compétences, il faut les financer, explique Bruno Retailleau. L’Assemblée nationale et le gouvernement n’ont pas voulu, par exemple, pour faire des transports à la demande, là où vous n’avez pas de transports collectifs". Par ailleurs, dans la loi Mobilités, "le gouvernement crée une nouvelle taxe sur les billets d’avion sans nous en parler. C’est une mauvaise idée, exactement ce qui a causé le mouvement des Gilets Jaunes. L’avion s’est démocratisé et est beaucoup plus populaire qu’on ne le pense". "La taxe carbone, on a découvert au Sénat qu’elle ne servait pas la transition énergétique, rappelle président du groupe LR au Sénat. À nouveau, cette taxe a un habillage écologique, mais c’est pour remplir les caisses de l’État. C’est une grande hypocrisie, cela n’arrangera pas le climat".

Des taxes écologiques hypocrites

Quid de la taxe qui va toucher les routiers ? "Cela fait 15 jours que le gouvernement n’avait pas inventé de taxe. Nous sommes le champion du monde des taxes, il ne faut pas s’étonner d’avoir des millions de chômeurs". Quant à la taxe Avions, "Air France a 50% de ses vols au départ de la France ; il faut le dire si l’on ne veut plus de compagnie aérienne nationale".

Pourquoi Bruno Retailleau est-il contre l’accord Mercosur ? "Je suis un libéral, j’admets la compétition, à condition qu’elle soit loyale. Je ne vois pas pourquoi on autoriserait des produits à l’importation avec des hormones, des pesticides. Au Brésil, 74% des produits phytosanitaires utilisés sont interdits en Europe, et l’on fait venir des produits de dizaines de milliers de kilomètres avec une énorme empreinte carbone. Emmanuel Macron se proclame champion du monde du climat et signe un accord qui nuit au climat".

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !