Bruno Retaillau (LR) : Emmanuel Macron, "c’est un méli-mélo qui n’a pas de sens"

Invité de Territoires d’Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Bruno Retaillau a multiplié les attaques contre Emmanuel Macron, désigné comme le principal adversaire de François Fillon pour accéder au second tour

À cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, l’adversaire principal de François Fillon se nomme Emmanuel Macron. Invité de Territoires d’Infos sur Sud Radio et Public Sénat, Bruno Retaillau, le porte-parole du candidat Les Républicains, a concentré ses critiques sur l’ancien ministre de l’Économie, présenté comme le "digne héritier de François Hollande" et accusé d’être "un méli-mélo qui n’a pas de sens".

Selon le sénateur vendéen, le candidat du mouvement En Marche ! serait ainsi loin de faire recette à la différence de François Fillon autour duquel "il y a une vraie dynamique". "Regardez Emmanuel Macron. Est-ce qu’on sait qu’il a annulé deux meetings ? Le 18, il devait se rendre à Charlevilles Mézière, et dans sa ville natale le 21. Il les a annulés tous les deux. Et on a bien vu qu’hier Bercy n’était pas une salle pleine comme un œuf", a affirmé le porte-parole LR pour qui cela ne fait aucun doute : "François Fillon sera au second tour".

François Fillon, prêt à gouverner

Bruno Retailleau a assuré que la droite était désormais réuni derrière son candidat, malgré l’absence de certains poids lourds dont Nicolas Sarkozy lors des meeting. "Pour avoir une photo de rassemblement, il vaut beaucoup mieux le naturel au caractère beaucoup plus formaté d’un meeting. Nicolas Sarkozy apportera, j’en suis certain, son soutien" a déclaré le sénateur avant d’ajouter : "C’est la semaine du grand rassemblement de la famille politique. Personne ne peut en dire autant, regardez la gauche" divisé entre Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron. 

Autre attaque contre Emmanuel Macron, mais sans le nommer cette fois-ci, Bruno Retailleau a souhaité opposer la "feuille de route très très claire" de François Fillon à "tous ceux qui sont dans le flou, tous ceux qui sont dans les demi-mesures, les réformettes" qui "ne parviendront pas à relever la France". D’après le porte-parole LR, son parti est prêt "depuis des mois" à gouverner. "Les grandes réformes qui seront passées dès l’été prochain, à partir du mois de juillet, au mois d’août et jusqu’en septembre, ces réformes sont prêtes", a affirmé Bruno Retailleau. 

Interrogé également sur une possible participation de Sens commun au gouvernement sous François Fillon, le sénateur de Vendée ne voit pas de problème assurant que "Sens commun fait partie de la majorité". Bruno Retailleau en alors a profité pour tacler, encore une fois, le candidat du mouvement En Marche !. "Ce que je trouve lamentable de la part de M. Macron, qui d’ailleurs est dans la lignée de Mme Taubira, c’est cette gauche culturelle qui est toujours très prompte à faire des excommunications. Sens Commun est un parti associé aux Républicains", a réagi le bras droit de François Fillon.

Pourquoi est-ce que tout à coup on voudrait désigner tel ou tel comme ayant commis des délits d’opinions ?

Enfin, Bruno Retailleau a asséné un dernier coup contre Emmanuel Macron au moment d’évoquer le référendum en Turquie. Pour dire non à l’entrée du pays dans l’Union européenne comme le veut François Fillon, la France a besoin d’un "président expérimenté", selon le sénateur, et non "d’une Marine Le Pen ou de M. Macron qui, lorsqu’il est allé à Londres, a déclaré et a revendiqué son immaturité dans ce monde dangereux".  

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article
Vous devez être connecté pour réagir
Les rubriques Sudradio