Blanquer à Ibiza : quelles sont les règles pour les vacances des ministres ?

Pourquoi les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza choquent-elles ? Le décryptage de Bruno Cautrès, politologue, chercheur au Cevipof.

Les vacances du ministre de l’Éducation à Ibiza font couler beaucoup d’encre. Pendant ce temps, parents et enseignants se battaient pour appliquer des protocoles sanitaires extrêmement complexes.

La règle : rester à deux heures d’avion de Matignon

Au-delà de cette polémique, quelles sont les règles concernant les vacances des membres du gouvernement ? "C’est le Premier ministre qui, à la formation du gouvernement, va cadrer les ministres, explique Bruno Cautrès, politologue, chercheur au Cevipof. En particulier depuis quelques années, une règle s’impose : rester à portée de Matignon. Il ne faut pas qu’ils partent à l’autre bout de la planète. Pour ce gouvernement, la règle est de rester à deux heures d’avion de l’hôtel Matignon. C’est plutôt une bonne chose que les ministres puissent facilement revenir."

Dans le cas de Jean-Michel Blanquer, ce ministre aurait-il dû rester plus près encore ? "C’est sûr que là, il y a eu plusieurs difficultés, constate-t-il. La première est que Jean-Michel Blanquer a donné ses directives pour la rentrée scolaire dans une situation compliquée. S’il était rentré de vacances et avait tenu une conférence de presse pour expliquer les choses, personne n’aurait parlé de ses vacances."

Le traumatisme de l'affaire Jean-François Mattei

"D’une manière générale, quand il y a une situation de crise, les ministres doivent oublier la dimension de vie personnelle, leur vie privée, estime Bruno Cautrès, chercheur au Cevipof. On peut comprendre qu’il ait envie de vacances et de soleil. Mais en période de crise, ce n’était pas une communication optimale d’aller à Ibiza. Sans la combinaison entre le ministre à Ibiza et des parents qui passent leurs journées à tester leurs enfants, cela serait resté inaperçu."

D’où viennent ces règles ? De Jean-François Mattei en vacances pendant la canicule ? "Il y a eu d’autres cas avant, précise ce politologue. Mais ce cas marquant avait frappé l’opinion. Il était tranquillement dans son jardin en polo Lacoste. Pendant ce temps, des personnes âgées décédaient de solitude et de chaleur dans leur appartement. Cela avait beaucoup marqué l’opinion. Après, les Premiers ministres avaient calé les règles pour les week-ends et les vacances. Là, on n’est pas dans le même cas de figure."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”