Blanquer à Ibiza : Alexis Corbière demande la démission du ministre de l’Éducation nationale

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza font polémique. Pour Alexis Corbière, député LFI de Seine-Saint-Denis et Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, "Jean-Michel Blanquer devrait rendre rendre service à l'école et démissionner !" Il était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Blanquer
Alexis Corbière, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 18 janvier, dans "le petit déjeuner politique".

Vacances de Jean-Michel Blanquer, colère des professeurs, pass vaccinal, bataille Taubira Hidalgo Jadot, campagne des présidentielles de Jean-Luc Mélenchon : Alexis Corbière a répondu aux questions de Patrick Roger.

Alexis Corbière : "Jean-Michel Blanquer devrait rendre service à l'école et démissionner !"

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza suscitent beaucoup de réactions. Il n'est rentré que la veille de la rentrée début janvier, le protocole sanitaire à l'école a été envoyé depuis là-bas, un peu tard. Alexis Corbière dénonce une opération de communication. S'il reconnaît que le ministre "a le droit de prendre des vacances évidemment", il rappelle que "les parents et les professeurs étaient tous un peu tendus. Le protocole arrive au dernier moment, dans un journal payant. On le voit en costume dans son bureau en train de travailler, montrant un ministre très mobilisé. On s'aperçoit quelques temps plus tard qu'il était en fait à Ibiza". Or, d'après le député, "ça n'est pas vraiment le lieu qu'on imagine d'une grande réflexion, mais plutôt un endroit festif".

"Tout ça s'ajoute au fait qu'on a un ministre qui, lorsque toute une profession se met en grève le 13 janvier, leur répond qu'on ne fait pas grève contre le Covid. Alors que la profession était mobilisée contre sa politique souligne Alexis Corbière. C'est une accumulation de choses où sa parole est totalement décrédibilisée. Il n'est plus l'homme de la situation estime-t-il. C'est une faute, il devrait rendre service à l'école et démissionner. Il irrite tout le monde".

Pass vaccinal : "La moindre des choses c'est que le Conseil Constitutionnel se penche sur cette loi"

Alors que, selon de nombreux spécialistes, le pic de la 5ème vague de Covid devrait être atteint ces jours-ci, le pass vaccinal, voté définitivement dimanche en 3ème lecture à l'Assemblée nationale, devrait entrer en vigueur le 21 janvier, malgré le recours au Conseil Constitutionnel d'une soixantaine de députés emmenés par le groupe France insoumise. "On y est opposé parce qu'en terme de libertés publiques, il y a quand même des restrictions, souligne Alexis Corbière. Ça prendra 8 jours, on a réussi à rassembler 60 députés, donc pas uniquement des Insoumis. La moindre des choses c'est que le Conseil Constitutionnel se penche sur cette loi". "Comment se fait-il que, si vous êtes vacciné mais porteur du virus et malade, vous pouvez allez quelque part, alors que si vous prouvez par test que non, vous ne pouvez pas ?"

Le député dénonce aussi le contrôle d'identité dans certains établissements. "C'est une question de principe ! affirme-t-il. Il réfute l'argument du contrôle de la pièce d'identité lors d'établissement d'un chèque, mis en avant par le gouvernement. "Il s'agit d'une transaction financière, qu'on peut contourner en payant en liquide. Si le ministre ne voit pas la différence entre un policier assermenté et un patron de bistro... Il y a des choses élémentaires sur les libertés publiques qu'on ne doit pas dépasser".

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"