"Avec Jean-Luc Mélenchon, on sera là et on ne lâche pas l’affaire !" assure Clémence Guetté

Clémence Guetté, coordinatrice du programme "L'avenir en commun" de Jean-Luc Mélenchon, était l'invitée du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Jean-Luc Mélenchon
Clémence Guetté (LFI), interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, le 11 avril, dans "le petit déjeuner politique".

Jean-Luc Mélenchon n'est pas passé loin du second tour de l'élection présidentielle.

Jean-Luc Mélenchon au second tour : "Jusqu’au bout, on y a cru !"

Vers 23h30 dimanche 10 avril, les estimations au fil du dépouillement donnaient un rapprochement de Jean-Luc Mélenchon. "On y a cru en fin de soirée !, reconnaît Clémence Guetté. Les sondages sortis des urnes à 20h ont manqué un phénomène de vote massif. Notamment dans des grandes villes, dans des quartiers populaires, on l'avait senti toute la journée", affirme la coordinatrice du programme "L'avenir en commun". "On a vu des files d'attente devant les bureaux de vote, qui n'est pas un phénomène qu'on voit à chaque élection présidentielle, souligne-t-elle. On voyait que dans dans des endroits où habituellement il peut y avoir une grande abstention, les gens s'étaient déplacés, déterminés à voter".

Jean-Luc Mélenchon arrive pour la première fois en tête des votes chez les 18-35 ans. "C'est une bonne nouvelle, se réjouit Clémence Guetté. Ça signifie que peut-être pour les 50 prochaines années, ils n'en n'ont pas fini avec nous et le camp qu'on représente. C'est-à-dire un camp progressiste". D'après elle, "3 blocs se sont affirmés : le bloc centriste ultra-libéral représenté par Monsieur Macron. L'extrême droite et les idées de repli sur soi et de racisme par Marine Le Pen. Et puis il y a nous". Sur l'écologie, "nous avions le programme le plus ambitieux", estime-t-elle

"Quelle que soit l'issue du second tour, nous serons là pour résister"

Sur la possibilité d'un réservoir de voix LFI pour Marine Le Pen, "ça reste à déterminer. La dernière fois, c'était 7% des gens qui se sont reportés sur le vote Le Pen. À ce stade nous n'en savons rien. On va consulter nos électeurs pour savoir ce qu'ils veulent qu'on fasse au second tour. Le vote pour Marine Le Pen ne sera pas une option qu'on présente, tient à préciser Clémence Guetté. Jean-Luc Mélenchon l'a dit plus que clairement ! On sait tout ce qu'on aurait à perdre avec Marine Le Pen comme présidente de la république. Ce n'est pas la présidente du pouvoir d'achat et de la justice sociale contre le projet d'Emmanuel Macron", affirme-t-elle.

"Nous répondions à la préoccupation du pouvoir d'achat et de justice sociale estime-t-elle. Quelle que soit l'issue du second tour, nous serons là pour résister, assure Clémence Guetté. Il y a de la tristesse aujourd'hui, de l'amertume. 20% de gens se sont déplacés parce qu'ils y croyaient et avaient l'espoir qu'on puisse mener une autre politique dans le pays. On leur dit 'on sera là, on ne lâche pas l'affaire !'" "On n'a pas résolu la crise démocratique qu'on dénonce depuis des mois, les gens sont en colère. Emmanuel Macron n'aura pas les coudées franches pour la suite. Chacun fera ce qu'il a à faire en conscience, pas une voix pour l'extrême droite", insiste-t-elle.

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"