single.php

À Matignon, Philippe salue chaleureusement Cazeneuve et se revendique "de droite"

Par Benjamin Jeanjean

Fraîchement nommé Premier ministre par Emmanuel Macron, Édouard Philippe a pris ses fonctions cette après-midi, après une passation de pouvoir très respectueuse avec Bernard Cazeneuve.

Thumbnail

C’était attendu, c’est désormais officiel : Édouard Philippe est le nouveau Premier ministre de la République française, en attendant la composition de son gouvernement qui devrait être annoncées mardi dans l’après-midi. Le nouveau locataire de Matignon a été reçu vers 16h par Bernard Cazeneuve, qui occupait le poste depuis 5 mois et 4 jours. Une passation de pouvoir qui a brillé par son aspect chaleureux entre deux hommes qui se respectent. "Je voudrais vous souhaiter la bienvenue pour cette passation des pouvoirs, vous dire le très grand plaisir que j’ai à vous accueillir pour des raisons qui tiennent à nos liens personnels, nos amitiés liées à nos attaches normandes", a ainsi déclaré Bernard Cazeneuve dans son dernier discours de Premier ministre.

Cazeneuve et son plaisir d’accueillir "un Normand, imprégné de l’esprit de sagesse"

"C'est avec à l'esprit la volonté de voir votre gouvernement, le président de la République, donner le meilleur à notre pays qui le mérite bien que j'accueille aussi un Normand, ça compte pour moi comme pour vous. Tocqueville disait que les Normands étaient violemment modérés. C'est-à-dire qu'ils sont imprégnés de l'esprit de sagesse", a-t-il ajouté avant de donner une légère teinte politique à ses propos. "Je quitte la responsabilité qui est la mienne en homme de gauche, avec mes convictions, avec les valeurs qui ont été forgées", a-t-il conclu, citant des personnalités comme Léon Blum, Jean Jaurès, Pierre Mendès-France ou encore François Mitterrand.

Philippe : "Je suis un homme de droite, ce qui ne vous surprendra pas"

Ce à quoi Édouard Philippe a répondu quelques instants plus tard. "Vous avez dit que vous étiez un homme de gauche, je n’avais pas non plus de doute là-dessus. Il se trouve que je suis moi-même un homme de droite, ce qui ne vous surprendra pas, je le sais. Et pourtant, je sais que nous avons l’un pour l’autre de l’estime, et nous savons que l’intérêt général doit guider l’engagement des élus, des agents de l’État, et d’une certaine façon de nos concitoyens. Je voudrais donc vous dire combien vous avez constitué un exemple, au-delà de désaccords qu’il nous est arrivé de formuler, de caractère", a-t-il déclaré avant de raccompagner son prédécesseur à sa voiture.

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/