Parlons Vrai chez Bourdin - "Il n'y a pas de définition du trottoir !"

Le Conseil national de la Sécurité routière appelle à rendre le trottoir aux piétons. Geneviève Laferrère, représentante de la Fédération française des usagers de la bicyclette au Conseil national de la sécurité routière, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio le 28 novembre dans "Parlons Vrai chez Bourdin".

trottoirs trottinettes
Les trottoirs bientôt dédiés uniquement aux piétons ? © AFP

Le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) appelle à "définir légalement le trottoir" pour le rendre aux piétons face aux trottinettes, aux vélos mais aussi aux motos, aux poubelles ou aux panneaux de signalisation. Dans certains rues, on ne peut plus marcher sur les trottoirs.

Parlons Vrai chez Bourdin - Trottoir : "D'année en année, on les a réduits de plus en plus"

"On va parler des piétons, enfin !", se réjouit Geneviève Laferrère. "C'était une attente depuis longtemps des associations. Sans avoir de définition de trottoir, il y avait des difficultés à verbaliser un certain nombre de personnes qui circulent dessus. C'est une façon d'encourager la marche à pied, les modes actifs et faire de nos villes des villes apaisées. Donner envie de marcher, c'est aussi dégager les trottoirs de tout ce qui les encombre", estime-t-elle.

Comment définir le trottoir ? "Aujourd'hui, il n'y a pas de définition du trottoir, donc c'est ce qui reste, rappelle Geneviève Laferrère. Dans une collectivité qui délimite un stationnement à cheville sur le trottoir, une fois la voiture garée, il reste à peine 80 centimètres au piéton pour circuler. Avec une poussette ou un enfant à la main, vous devez descendre dans rue, dénonce-t-elle. "Ce ne sont pas obligatoirement les trottinettes mais tous les usages illicites qui encombrent les trottoirs, souligne-t-elle. D'année en année, on les a réduits de plus en plus".

"Notre pays est très en retard pour la création d'aménagements cyclables"

Pour Geneviève Laferrère, "c'est une nécessité de revenir à des usages plus modérés de la voiture dans les villes. Et donc d'encourager tous les autres modes. Y compris la trottinette, mais sur les chaussées et pas au niveau des piétons, puisque les vitesses de circulation ne sont pas les mêmes". "On peut déjà sanctionner l'utilisation du trottoir comme la route mais la définition du trottoir n'existant pas, certains en profitent pour dire que c'est difficile de considérer que seuls les piétons peuvent être dessus".

"Aujourd'hui, sont reconnus comme piétons tous les engins de déplacement qui ne sont pas motorisés. La question est de pouvoir les laisser sur la chaussée, dans des aménagements cyclables notamment. Mais notre pays est très en retard pour la création d'aménagements cyclables. Dans les pays nordiques, ils ont anticipé sur ces problématiques. Il nous faut plus d'aménagements pour ces nouveaux modes, plus de place. Ça veut dire libérer l'espace public donc limiter la circulation des voitures". D'après Geneviève Laferrère, "avec des zones 30 de manière plus généralisée, tout le monde peut cohabiter de manière plus sereine".

 

"Ce rappel à l'ordre permettra de prévenir qu'on n'est plus dans de la prévention ou de la recommandation et de rendre la place aux piétons". Geneviève Laferrère dénonce notamment tout ce qui est trottinettes en libre-service garées n'importe comment. "Les personnes à mobilité réduite, ou en situation de handicap visuel, détectent trop tard ces engins".

 

Prenez la parole en appelant le 0 826 300 300

Retrouvez "Parlons Vrai chez Bourdin" du lundi au vendredi de 10h30 à 12h30 sur Sud Radio et en podcast.

Cliquez ici pour retrouver l’intégralité de  “Parlons Vrai chez Bourdin”