Israël : des prisonniers palestiniens entament une grève de la faim

Israël : des prisonniers palestiniens entament une grève de la faim
La frontière entre Gaza et Isräel © JACK GUEZ / AFP

Plus de 1000 prisonniers palestiniens, détenus en Israël, ont débuté lundi 17 avril une grève de la faim. Ils veulent dénoncer leurs conditions de détentions.

C’est une action collective inédite depuis des années. 1 300 prisonniers palestiniens ont refusé de se nourrir lundi 17 avril, à l’occasion de la "journée des prisonniers", lancée chaque année par les Palestiniens depuis plus de 40 ans. Il s’agit pour les prisonniers de dénoncer leurs conditions de détention en Israël, selon Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers palestiniens, une ONG faisant autorité dans les territoires occupés sur la question des détenus.

6 500 Palestiniens détenus

Pour Marwan Barghouthi, grand rival du président palestinien Mahmoud Abbas au sein du Fatah, la grève des prisonniers tend à alerter sur les abus du système carcéral israélien. "Israël a établi un système judiciaire à deux vitesses, un apartheid judiciaire qui garantit une impunité pour les Israéliens ayant commis des crimes contre des Palestiniens et criminalise la présence et la résistance palestinienne", explique t-il dans une tribune envoyée au New York Time. Cet homme politique, arrêté en 2002, dénonce des conditions de détention déplorables : "Les prisonniers palestiniens souffrent de torture, de traitements dégradants et inhumains et de négligence médicale, certains ont été tués en détention". 

Pour l’heure, l'administration pénitentiaire tente de discerner le nombre réel de prisonniers entamant cette grève de la faim et ceux qui se limiteraient à une simple action symbolique avant de se remettre à manger. Par ailleurs, des mesures sont prises vis-à-vis des grévistes, avec entres autres la confiscation de tous les biens dans leurs cellules ou le transfert des individus concernés vers d’autres prisons.

Cette grève contre la faim intervient alors que plus de 6500 Palestiniens, dont 62 femmes et 300 mineurs sont encore détenus en Israël.

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio