Élection en Russie : "Vladimir Poutine va certainement préparer sa succession"

Alors que quelque 108 millions de Russes sont appelés aux urnes ce dimanche dans le cadre du premier tour de l’élection présidentielle russe, cette élection revêt plusieurs enjeux majeurs.

Thumbnail

Qui sera le président russe pour les six prochaines années ? Si huit candidats sont aujourd’hui en lice pour le premier tour de l’élection ce dimanche, un seul fait figure de grandissime favori : Vladimir Poutine. Au pouvoir depuis 2000 (en tant que président ou Premier ministre), l’homme fort du Kremlin est cependant à un tournant de sa carrière politique, lui dont ce prochain mandat qui s’annonce devrait être le dernier. Héléna Perroud, spécialiste de la Russie et auteur d’Un Russe nommé Poutine, estime que le président russe a déjà la tête tournée vers l’avenir.

"Conformément à la Constitution, c’est son dernier mandat. Il va certainement préparer sa succession et aura à cœur de laisser un pays en meilleur état que celui qu’il avait trouvé. Parmi les ministres nommés récemment, on voit qu’il y a eu un grand renouvellement de génération. Beaucoup de jeunes très solides montent et ont des postes à responsabilités. Le souci principal de Poutine, c’est de préparer des cadres prêts à conduire les affaires de la Russie dans les années qui viennent. Le rajeunissement et la professionnalisation sont là", explique-t-elle au micro de Sud Radio.

La seule véritable inconnue de cette élection réside dans le taux d’abstention. Un chiffre dont le principal opposant à Vladimir Poutine, le charismatique Alexeï Navalny, attend beaucoup selon Héléna Perroud. "L’opposant le plus médiatique, Alexeï Navalny, n’a pas été autorisé à concourir à cette élection, et il a fait du taux d’abstention un score pour lui en demandant à ses troupes de boycotter cette élection. Mais il n’est pas certain qu’il atteigne son objectif puisqu’il y a sept autres candidats, dont certains ne sont pas loin de Navalny...", prévient-elle.

Propos recueillis par Quentin Vaslin