Élisabeth Lévy - Viry-Châtillon : "entre idéologie compassionnelle et immigrationnisme"

Le verdict du procès des accusés de violences et même de tentative d'homicide sur des policiers, il y a cinq ans en Essonne, suscite nombre d'interrogations. Sur les treize prévenus, seuls cinq d'entre eux on été inculpés pour des peines allant de six à dix-huit ans de prison. Malgré le motif d'accusation et les violences qui ont éclaté dans le tribunal, l'avocat général s'est fendu d'une remarque qui en dit long sur l'idéologie au sein de la Justice.

Le 8 octobre 2016, des policiers étaient attaqués à coups de cocktail Molotov. (Photo de Thomas Samson / AFP)

Revenons sur le procès de Viry-Châtillon et notamment sur une phrase du réquisitoire passé quasiment inaperçue...

Le procès s’est tenu à huis clos mais le récit de Thibault de Montbrial, avocat de la policière brûlée et caillassée, est éloquent.

L’enquête, autant que le procès, ont été marqués par les pressions, les intimidations de témoins, les invectives aux magistrats et avocats. Pour finir par une bataille rangée dans le box et dans la salle. Une partie des accusés se sont comportés comme ce qu’ils sont : des racailles. 

Cela n’a pas frappé l’avocat général, qui, non seulement, a requis des peines plus légères qu’en première instance, mais a conclu ses sept heures de réquisitoire par cette déclaration sidérante: « je sais que vous avez de l’empathie et que vous êtes une richesse pour le pays ». Voilà ce que le représentant de la société déclare à des voyous dont la plupart, inconscient de la gravité de leur crime, ne veulent qu’une chose : punir ceux qui ont parlé.  

Comment expliquer une telle déclaration ?

C’est un concentré d’idéologie compassionnelle et immigrationniste, agrémenté d’un biais clairement racial. Tous les accusés sont des enfants ou petits-enfants d’immigrés subsahariens ou maghrébins. S’il y avait eu dans le box des identitaires ayant attaqué un noir, il leur aurait dit, à juste titre d’ailleurs, « vous êtes la honte du pays ». « Vous êtes une richesse pour le pays » est la déclinaison du célèbre « l’immigration, une chance pour la France », qui, dans des circonstances moins dramatiques, fait rigoler tout le monde, y compris les immigrés. Nous sommes soumis à la force : on ne leur demande même pas de respecter nos lois, alors s’adapter à la culture du pays semble être une toute autre paire de manches...  

La réaction de l’avocat général n’a ni plu au procureur général ni à la chancellerie. Mais ils ne peuvent rien faire, voilà qui montre l’absurdité de l’idée-même d’indépendance du Parquet. 

On nous rebat les oreilles du problème de confiance entre la police et les jeunes des quartiers. Ce procès ne risque pas de rétablir la confiance de tous les Français en leur Justice qui est dramatiquement faible. Quant aux policiers, peut-être que certains joueront les cow-boys sur le terrain. Le plus probable étant que beaucoup d’entre eux refuseront désormais de prendre le moindre risque pour défendre une société qui les laisse tomber. On ne pourra pas les blâmer.