Le référendum d'initiative citoyenne, pour quoi faire ?

Jean-Pierre Mercier, délégué central CGT du groupe PSA, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10
Les « gilets jaunes » sont nombreux à réclamer un référendum d'initiative citoyenne. AFP

Le RIC devient la nouvelle revendication des « gilets jaunes ». Un tel référendum peut-il être la solution pour plus de démocratie participative ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio, le 18 décembre 2018. Avec pour invités :
- Priscillia Ludosky, une des initiatrices du mouvement des « gilets jaunes » ;
- Thierry-Paul Valette, coordinateur « gilet jaune » parisien, candidat aux élections européennes ;
- Joséphine Kollmansberger, maire de Plaisir (Yvelines), membre de l’association d’élus « Génération terrain » ;
- Bertrand Mathieu, professeur de droit constitutionnel, auteur du livre « Le droit contre la démocratie ? » (LGDJ, collection Forum).

Info Vérité est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le référendum d'initiative citoyenne peut-il être la solution pour plus de démocratie participative ? Les « gilets jaunes » prennent en fait la Suisse  pour modèle.

Un pays en quasi-faillite

Mais il s’agit d’un pays fédéral, huit fois moins peuplé que la France. "Mais surtout, un pays qui se porte bien, apaisé, au sens civique élevé, sans passion extrémiste, souligne Véronique Jacquier. La France, c’est 2.300 milliards de dettes, un pays en quasi-faillite, six millions de chômeurs, neuf millions de pauvres et un peuple en colère".

Dans ce contexte, le référendum d’initiative populaire peut-il être dangereux ? Les « gilets jaunes » voudraient pouvoir faire adopter une loi ou révoquer un élu via 700.000 signatures. "Le corps électoral, en France, est de 45 millions d’inscrits. 700.000 signatures, ce n’est pas beaucoup pour prendre des décisions qui impliquent l’avenir du pays !", estime Véronique Jacquier . Par ailleurs, sur quelle question porterait le référendum ? La démission d’Emmanuel Macron ? La fin de l’immigration, du 80 km/heure ?  Voire le rétablissement de la peine de mort ? "Ce serait la remise en cause permanente de notre démocratie parlementaire. Le pouvoir serait constamment menacé par des propositions démagogiques. Le pays serait ingouvernable et impossible à réformer." Moralité : le meilleur référendum, c’est peut-être le bulletin de vote.
 
Pour autant, ne faut-il pas plus d’initiative citoyenne au niveau local ? En fait, cela existe déjà : au niveau d’une commune, les habitants peuvent être sollicités pour l’implantation d’éoliennes ou la création d’une police municipale. La Loire-Atlantique vient, quant à elle, de demander au gouvernement un référendum pour décider de son rattachement ou non à la Bretagne. Le département avait reçu une pétition signée par 100.000 personnes. Les élus du conseil départemental ont voté contre le rattachement mais ont souhaité que le dernier mot revienne aux citoyens.

En revanche, estime Véronique Jacquier, "au niveau national et pour les accords internationaux,  le référendum d’initiative citoyenne peut être dangereux, surtout tel qu'il est présenté par les 'gilets jaunes'. Parce que les réseaux sociaux peuvent subir l’influence de puissances étrangères. Il faut laisser les gouvernements gouverner et surtout, leur laisser le temps de le faire, même quand on est en colère. Churchill disait que 'la démocratie est un mauvais système mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes'."
 

Cliquez ici pour écouter ”Info Vérité” présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio