Grand Débat National : faites-vous confiance aux maires pour défendre vos intérêts ?

Emmanuel Macron
Les maires, facilitateurs ou paratonnerres, pour Emmanuel Macron ?

Les maires vont-ils être les garants de l’indépendance du débat ? C’est le débat du jour avec Véronique Jacquier dans "Info vérité" sur Sud Radio le 16 Janvier. Avec pour invités :
- Jean-Marc Pujol, maire LR de Perpignan, président de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée ;
- José Espinosa, cheminot retraité, coordinateur des Gilets Jaunes à Montreuil  ;
-  Azzedine Taïbi, maire communiste de Stains en Seine-Saint-Denis
- Bruno Pomart, maire de Belflou dans l’Aude.
"Info Vérité" est diffusée tous les jours à 7h10 et 9h15 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Faites-vous confiance aux maires pour défendre vos intérêts ? Le chef de l’État leur a demandé mardi 15 janvier, en ouverture du Débat National, de jouer un rôle de facilitateurs. "Une séance de calinothérapie inédite, pour Véronique Jacquier. Emmanuel Macron a refusé de se rendre au congrès des maires de France il y a deux mois et a tout fait pour se passer des élus de terrain jusqu’à présent. "

Simple courroie de transmission ?

La crise des Gilets Jaunes les remet donc au cœur du dispositif du Débat National, mais avec une ambiguïté : sont-ils une simple courroie de transmission ? Non, puisque le président leur demande de s’impliquer complètement. Cela veut-il dire être le bras armé du gouvernement, ou celui de ses administrés ? "On leur demande d’être les organisateurs, souligne Véronique Jacquier, mais les débats vont forcement faire remonter des problématiques liées à leur territoire en terme de transport ou d’enclavement. Difficile pour les maires d’être entre le marteau et l’enclume !" Résultat : certains maires rechignent à organiser le Débat National…
 
Est-ce une question d’appartenance politique ? Bien sûr, les maires de La République en marche sont les premiers à jouer le jeu, mais ils ne sont pas nombreux. "Parmi les autres, beaucoup ne digèrent pas la question portant sur la survie du Sénat dans la lettre d’Emmanuel Macron. Le sénat représente les maires !" Les maires ont par ailleurs peur de jouer un rôle de paratonnerre en étant en première ligne face à leurs concitoyens. "Hier, cela s’est bien passé, mais les maires ont parlé de leurs problèmes de maire, pas de ceux de Gilets Jaunes."

Les maires, relais de quoi ?

"C’était un débat bien élevé, estime Jean-Marc Pujol, maire LR de Perpignan, président de la Communauté Urbaine Perpignan Méditerranée. Mais pas du tout ce qui se passe sur les ronds points. Il faut faire émerger les revendications des Gilets Jaunes, essayer de les ordonner. Le problème de fond, ce ‘est pas d’écouter les maires, mais ceux qui s’expriment et ont l’impression de ne pas être écoutés. Les maires sont les relais parce que le gouvernement est trop loin du terrain, mais le relais de quoi ? La totalité des décisions du gouvernement s’impose aux maires. On est en train de passer à côté du problème des taxes et de la fiscalité, alors que c’est la principale revendications des Gilets Jaunes. Le but est de faire remonter des revendications, des soucis, des inquiétudes. Là, les maires peuvent jouer un rôle. Mais il faut écouter les gens, organiser des forums, des agoras…"

Cliquez ici pour écouter "Info Vérité" présentée par Véronique Jacquier

Retrouvez "Info Vérité" du lundi au vendredi avec Véronique Jacquier à 7h10 et 9h15 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio