Exclu Sud Radio : les victimes d'accidents de rugby sont sous-indemnisées

Rugby
Julie Prével, avocate au cabinet "Jéhanne Collard associés", engagé pour le droit des victimes, était l'invitée de Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10. AFP

C'est une exclusivité Sud Radio : Julie Prével, avocate au cabinet "Jéhanne Collard associés", engagé pour le droit des victimes, était "l’invitée de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 15 janvier 2019 animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Elle explique pour la première fois comment les victimes des accidents de rugby sont sous-indemnisées.


 

"On empêche les victimes de prendre leur propre médecin-conseil lors de l'expertise qui va évaluer l'ensemble de leurs préjudices"

Julie Prével, avocate au cabinet "Jéhanne Collard associés", engagé pour le droit des victimes, travaille sur le dossier des victimes des accidents de rugby, qui sont sous-indemnisées. Il y a eu beaucoup d'accidents de jeunes l'année dernière et d'autres dans le rugby amateur. Mais existe-t-il des indemnisations pour les familles ?

"Pour les joueurs de rugby licenciés, l'indemnisation se fait par rapport au contrat choisi par la fédération française de rugby. Aujourd'hui, ce contrat est forfaitaire et n'indemnise pas toutes les conséquences des graves blessures que l'on voit malheureusement régulièrement dans le monde du rugby", explique-t-elle en exclusivité au micro de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

"Selon la gravité des blessures, il y a une indemnisation forfaitaire"

Y a-t-il aujourd'hui des négociations au cas par cas avec les clubs et la fédération ?

"Absolument pas. Selon la gravité des blessures, il y a une indemnisation forfaitaire. Mais surtout, on empêche les victimes de se défendre : on les empêche de prendre leur propre médecin-conseil à l'expertise qui va évaluer l'ensemble de leurs préjudices. Il n'y a que la voix de l'assureur qui compte, s'ils prennent un médecin-conseil en plus, c'est à leurs frais." Cela vaut pour toutes les compétitions reconnues par la fédération française de rugby et lors des entraînements, pour les professionnels comme pour les amateurs.

Pour un joueur blessé qui doit utiliser un fauteuil roulant par exemple, l'indemnisation est calculée sur un fauteuil roulant de base, pas forcément le plus adapté. "Pour un fauteuil roulant adapté, avec un dépassement par rapport au remboursement de la Sécurité sociale de 8.000 à 12.000 euros qui peuvent rester à charge du patient, dans ce cas-là, il n'y aura pas d'indemnisation."

"Les familles des joueurs de rugby se sentent trahies parce que la base du rugby, c'est une valeur de partage"

"Les familles des joueurs de rugby se sentent trahies parce que la base du rugby, c'est une valeur de partage. Ce sont des personnes qui accompagnent leurs enfants aux entraînements depuis qu'ils sont tout petits. Ils vivent ensemble, ils ont construit toute leur vie autour du rugby. Et quand ils découvrent le contrat d'assurance, ils ont l'impression qu'on ne prend pas en compte les blessures de leurs enfants."

"Pour le moment, la fédération ne répond pas, elle doit renégocier les contrats d'assurance."

Une procédure est aujourd'hui lancée pour qu'il y ait une meilleure indemnisation et la possibilité, pour les familles, d'aller en justice. "Avec la question suivante : pourquoi les joueurs de rugby qui subissent des blessures de plus en plus graves n'ont pas le droit à une juste indemnisation ?".

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.


Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Les rubriques Sudradio