Bernard Farges, viticulteur, en colère contre une éventuelle hausse des taxes sur les alcools

Bernard Farges, viticulteur, vice-président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB)
Bernard Farges, interviewé par Cécile de Ménibus et Patrick Roger dans "L’invité de l’actu" sur Sud Radio, à 8h10 AFP

Bernard Farges, viticulteur, vice-président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB) était "L’invité de l’actu" dans la matinale de Sud Radio du 12 octobre animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger. Il revient sur la volonté de certains médecins de faire taxer davantage les alcools en France.

La rogne de Bernard Farges à propos d'une éventuelle hausse de taxes sur l'alcool

Bernard Farges est viticulteur et vice-président du Conseil Interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB). Quand on lui parle d'une éventuelle hausse des taxes sur les alcools en France réclamée par des médecins addictologues à la ministre de la Santé Agnès Buzyn, il rappelle quelques principes sur la consommation du vin dans notre pays. Pourtant en France l'alcool est la deuxième cause de cancer... Faut-il pour autant frapper l'ensemble des alcools ? 

"Le vin contient de l'alcool mais sa consommation est généralement modérée et c'est ce que nous, viticulteurs, nous encourageons. Nous organisons des fêtes du vin, des dégustations dans les caves, nous parlons du vin mais jamais pour faire consommer de manière abusive le produit ! La consommation du vin est hédoniste. Certes il y a de l'alcoolisme en France et c'est un fléau pour les familles et les malades, mais nous nous défendons la consommation modérée du vin".

Comment réagir face aux médecins addictologues ?

Pour le moment il ne s'agit pas d'un projet de loi mais d'une lettre ouverte des médecins addictologues. Bernard Farges n'entend pas réagir tout de suite. " Nous avons du mal à parler avec eux. Il nous mettent à l'index : nous sommes les coupables, des dealers. Notre produit est respectable et très respecté par la plupart des Français. Nous n'entrons pas dans un débat politique. Le vin est déjà très taxé au restaurant : quand vous êtes au restaurant votre repas est taxé à 10% et votre vin à 20%. On ne peut pas dire que le vin ne soit pas taxé, c'est déjà le double du reste du repas ! " s'indigne le représentant des viticulteurs. 

Du côté de l'actualité des vendanges, il reste encore quelques domaines à récolter. " Dans l'ensemble c'est une belle récolte à peu près partout en France ce qui est assez rare. Quelques zones ont été touchées par des maladies ou la grêle mais en général c'est une belle récolte et de très bonne qualité, de manière homogène, ce qui est exceptionnel " se réjouit Bernard Farges.

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité de l’actu" avec Cécile de Ménibus et Patrick Roger en podcast.

Retrouvez "L’invité de l’actu" du lundi au vendredi à 8h10 sur Sud Radio dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio