La République en Marche! a annoncé ce jeudi avoir déposé un recours contre la décision du CSA lui attribuant une durée d'antenne jugée trop faible pour diffuser ses clips de campagne pour les élections législatives.

12 minutes pour les candidats REM, contre respectivement 2h et 1h44 pour le Parti socialiste et 1h44 pour Les Républicains. Le temps alloué par le CSA à La République en Marche! pour diffuser ses clips de campagne sur les chaînes publiques pour les élections législatives est jugé beaucoup trop faible par le mouvement du président de la République, qui a décider de déposer un recours.

La REM a saisi le juge des référés du Conseil d'État de cette décision, "au nom de la défense du pluralisme politique, de l'équité entre les formations politiques et de la nécessaire prise en compte de la demande profonde de renouveau exprimée par les électeurs lors de l'élection présidentielle".

Dans sa requête, le mouvement estime que le temps dont il dispose pour la diffusion de ses clips de campagne "ne saurait être inférieur à celui des deux principaux partis et groupements représentés par des groupes parlementaires à l'Assemblée nationale".

L'audience en référé se tiendra lundi à 10h au Conseil d'État.

Pour fixer ces temps de parole, le CSA s'est appuyé sur le code électoral, qui prévoit qu'une durée d'émission de trois heures est mise à la disposition des partis et groupements représentés par des groupes parlementaires de l'Assemblée nationale pour la campagne du premier tour et une durée d'une heure trente pour le deuxième tour.

"Tout parti ou groupement politique qui n'est pas représenté par des groupes parlementaires de l'Assemblée nationale a accès, à sa demande, aux émissions du service public de la communication audiovisuelle pour une durée de sept minutes au premier tour et de cinq minutes au second, dès lors qu'au moins 75 candidats ont indiqué, dans leur déclaration de candidature, s'y rattacher", explique le code électoral, d'où les 12 minutes allouées à En Marche! par le CSA, sur la base d'une réalité politique fixée en 2012 qui a complètement volé en éclat pendant les derniers mois.

Les rubriques Sudradio