Pagaille sur la route : "Un non-sens total de rejeter la faute sur les pouvoirs publics !"

La neige a causé de sérieuses perturbations sur les routes (©SAMUEL BOIVIN - AFP)

Fondateur de l’association Citoyens de la route et ancien pilote de rallye, Bernard Darniche était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce mercredi pour évoquer le chaos généré par la neige sur de nombreuses routes franciliennes. 

Si les Français ont l’habitude de critiquer régulièrement leurs pouvoirs publics au moindre problème, ils pourraient également régler bien des soucis par un meilleur comportement individuel. C’est en quelque sorte le message adressé ce mercredi par Bernard Darniche, fondateur de l’association Citoyens de la route et ancien pilote de rallye. Au micro de Sud Radio, ce dernier plaide notamment pour que les automobilistes soient mieux équipés pour conduire sur des routes enneigées.

"Lors du dernier épisode neigeux auquel nous avons assisté, j’ai parlé très longuement avec le ministre des Transports de l’époque, Frédéric Cuvillier, qui m’avait promis qu’on mettrait un chantier en route pour voir comment tous les Français pouvaient être sensibilisés et incités à avoir des pneus neige comme les Allemands, qui sont responsables individuellement de leur propre sérénité routière. Le bazar en Île-de-France s’active uniquement par ce phénomène ! Le pneu conventionnel ne gratte pas la neige, il la lisse et la transforme en glace. Comment peut-on imaginer accepter des choses pareilles et rejeter la responsabilité sur les pouvoirs publics ? C’est – pour une fois – un non-sens total ! Imaginez un peu aller à la neige en ce moment avec des tongs aux pieds. Tout le monde crierait au fou ! C’est la même chose pour la route…", déplore-t-il.

À l’heure où certains rechignent à acheter des pneus neige pour deux ou trois jours seulement dans l’année, Bernard Darniche assure que d’autres solutions sont tout aussi efficaces. "Je roule avec la voiture de M. Tout-le-monde, j’ai une Opel Astra en ce moment. Hier soir j’ai été pris dans la galère, sauf que dans mon coffre j’ai des mushers ! Des mushers, ce sont des sur-pneus anti-glisse. C’est un tissu, une toile, ce n’est pas agressif comme des chaînes. C’est un peu comme des chaussettes, sur lesquelles j’ai travaillé pendant cinq ans. Je les ai testées et j’ai fait jusqu’à 70km à 50km/h sur le sec. Quand j’ai vu hier soir que je ne pouvais plus rouler – car je ne suis pas plus malin que les autres –, j’ai mis mes mushers en trois ou quatre minutes et je suis rentré tranquillement au milieu de gens plantés comme des poireaux ! Il suffirait simplement que le ministre des Transports ait un conseiller qui tienne la route… On est dans un pays archaïque. En Allemagne, ces pneus ne sont pas obligatoires. Simplement, il faut sensibiliser les gens à leur propre intérêt, à leur sérénité personnelle", insiste-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Bernard Darniche dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio