Emmanuelle Nave : "Quand on râle, on ne le fait pas d'une manière efficace"

Emmanuelle Nave, auteure de l'ouvrage "J'arrête de râler au boulot" (publié aux éditions Eyrolles), était ce mardi l'invitée de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

Thumbnail

Dans leur nouvel ouvrage "J'arrête de râler au boulot", paru aux éditions Eyrolles le 12 avril dernier, Christine Lewicki (coache en entreprise) et Emmanuelle Nave (DRH) proposent une méthode dont le but est de tenir 21 jours sans râler sur son lieu de travail. Un défi qu'est venu nous présenter l'une des co-auteures.

"Il y a beaucoup de très bonnes raisons de râler au boulot, c'est un lieu de contraintes"

Invitée du Grand Matin Sud Radio, Emmanuelle Nave nous a ainsi expliqué le cheminement, tout en évoquant le contexte parfois pesant que peut représenter le monde de l'entreprise. "Il y a beaucoup de très bonnes raisons de râler au boulot. C'est un lieu de contraintes et de relations, c'est quelque chose d'important à reconnaître. Quand on râle, on a raison parce qu'il y a quelque chose en nous qui est frustré et qui demande à s'exprimer", a d'abord tenu a rappeler cette psychologue de formation. "La difficulté, du moins le problème que l'on soulève, c'est que souvent, lorsque l'on râle, on ne le fait pas d'une manière efficace. On le fait dans notre coin, dans notre barbe, d'une manière critique, en accusant l'autre. On n'essaie pas de trouver des solutions et de prendre nos responsabilités dans la situation", a-t-elle ajouté. "Tout l'objet de ce livre, c'est de dire : 'continuez de vous exprimer mais d'une manière qui soit entendue'", a-t-elle indiqué.

Et l'intéressée d'évoquer par ailleurs ce qu'elle appelle "la râlerie réflexe", dont l'identification demeure "un bon exercice" pour s'affranchir d'une attitude potentiellement dommageable. "Pour certaines personnes, la râlerie réflexe va être la circulation le matin. pour d'autres, cela va être le chef qui va cristalliser toutes les frustrations, ou tel collègue ou encore les délais (...) On a tous notre point principal de râlerie", a-t-elle ainsi poursuivi "C'est peut-être la plus facile à repérer et commencer à travailler par celle-ci va justement nous entraîner au fur et à mesure", a-t-elle encore insisté.

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview, disponible en podcast