Un artisan de 53 ans a sauvé un automobiliste de la noyade jeudi dernier, alors que ce dernier venait de faire un infarctus au volant de sa voiture. 

C'est la belle histoire du jour ! Un récit qui redonne foi en l'humanité nous rappelant qu'il existe partout des héros anonymes du quotidien, sans qui les destins pourraient parfois cruellement basculer. Michel Labrousse, le sait mieux que quiconque. Jeudi dernier, alors qu'il est au volant de son véhicule au niveau de la commune de Coulaures (Dordogne), cet homme, âgé de 88 ans, fait un infarctus en plein virage. Après une embardée, sa voiture s'en va terminer sa course folle dans une rivière en contrebas, les quatre roues en l'air. Un accident qui aurait pu lui être fatal sans l'intervention d'un... artisan qui passait par là.

"Je me suis dit : «les minutes sont comptées, il faut plonger»"

Ayant assisté à l'accident, alors qu'il se trouvait lui aussi sur la route derrière la victime, Thierry Lacour ne s'est en effet pas posé de questions et n'a pas hésité à plonger dans les eaux glaciales de la rivière pour secourir Michel Labrousse. Un geste héroïque qui a sauvé la vie de ce dernier. Joint par Sud Radio, Thierry, grand sportif de 53 ans qui exerce comme artisan à Savignac-les-Églises, est revenu sur cet incroyable sauvetage. "J'étais dans la ligne droite et lui amorçait le virage, puis j'ai vu la voiture disparaître et j'ai entendu une grosse éclaboussure d'eau. J'ai appelé sur le bord de la berge mais personne ne répondait. Donc, je me suis dit : ' les minutes sont comptées, il faut plonger", raconte-t-il ainsi.

"Je l'ai sorti et, quand je l'ai tourné, il avait les yeux ouverts, les lèvres bleues, la bouche ouvertes, il ne respirait pas. Et là, quand on l'a mis sur la côté, il a respiré, a vomi un peu d'eau et puis un pompier, en civil apparemment, qui était là, l'a pris en charge pour les premiers soins", poursuit ce sauveur d'un jour. Quant à la question de savoir s'il se considère justement comme un héros après avoir fait ce geste, Thierry rétorque tout simplement qu'il l'a fait sans réfléchir. "J'ai fait ça parce que je me suis senti capable d'aller dans l'eau pour le sauver, tout simplement. Je n'ai pas réfléchi ! Pour moi, les minutes étaient comptées pour ce pauvre monsieur". répond-t-il ainsi humblement.

Beaucoup de courage donc et pas mal de sang-froid pour un sauvetage que les deux protagonistes ne sont pas prêts d'oublier.

Propos recueillis par Christophe Bernard

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mardi 13 février 2018 à 15:16
Bravo l'artiste, cela mérité bien la légion d'honneur, alors que celle-ci est distribuée à tort et à travers pour beaucoup.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio