Après les propos de Thuram: "Quand on sépare les gens en fonction de ce qu'ils sont, on est sur une mauvaise ligne"

Après la polémique autour de Lilian Thuram, l'ancien joueur de l'équipe de France évoque des propos "sortis de leur contexte", et des réponses présentées sans les questions. Il s'était exprimé dans la presse italienne suite à de nouveaux cris racistes survenus lors d'un match de football en Italie, parlant de "racisme dans la culture blanche", ajoutant que "les blancs pensent être supérieurs". Alors, cette vision est-elle partagée par les jeunes mordus de ballon rond ? Alexandre de Moussac s'est rendu au bord d'un terrain du sud de Paris.

Lilian Thuram en 2018. (Photo par Christophe SIMON / AFP)

Reportage Sud Radio d'Alexandre de Moussac

Romeo, qui rêve de devenir une star du football depuis tout petit, a souvent été confronté au racisme. Mais il a du mal à comprendre les propos de Lilian Thuram: "En tant que black, en France depuis huit ans, j'ai déjà vu des blancs qui étaient plus gentils avec moi que des blacks. C'est pas une question de peau."
Paul estime lui que l'ancien défenseur de l'équipe de France a la mémoire courte: "Ce qui m'amuse, c'est que y'avait déjà ces cris de singes quand il était joueur et il ne réagissait pas. Ce qui me fait rire avec lui, c'est que maintenant qu'il s'est retiré du foot, il commence à l'ouvrir".

 

La LICRA désapprouve, SOS racisme appelle à ne pas sortir les propos de leur contexte

La LICRA s'est empressée de réagir. Son vice-président, Antoine Spire, dénonce des propos dangereux: "Je trouve déplorable d'opposer termes à termes les noirs contre les blancs. Quand on sépare les gens en fonction de ce qu'ils sont, et non-pas en fonction de ce qu'ils pensent et des combats qu'ils mènent, on est sur une mauvaise ligne".

Au contraire, Hermann Ebongué, vice-président de l'association SOS Racisme joint par Alexandre de Moussac, évoque des propos sortis de leur contexte:

"Parce que nous connaissons la clarté de ses engagements et de ses idées, on ne peut pas réduire Lilian Thuram à une phrase uniquement. Cela serait injuste"