Les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob pour le rapt mortel du petit Grégory en 1984 ont été annulées par la chambre d'instruction de Dijon.

C’est un nouveau rebondissement, un de plus dans une affaire qui n’en manquaient déjà pas depuis plusieurs décennies maintenant. Les contrôles judiciaires qui pesaient sur les époux Jacob et sur Murielle Bolle dans le cadre de l’affaire du petit Grégory ont été levés par les magistrats ce mercredi, selon leurs avocats qui ont pris connaissance du délibéré de la chambre. "C'est une très belle victoire pour nous : Murielle Bolle est innocente. Sa mise en examen tombe, son contrôle judiciaire également. Murielle Bolle est libre et innocente", s'est ainsi félicité l'un de ses conseils, Me Christophe Ballorin, tout en ajoutant que les époux Jacob étaient dans la même situation.

La chambre d'instruction a considéré "qu'il n'y avait pas d'indice grave et concordant laissant à penser que Murielle Bolle ait pu participer à l'infraction qui lui est reprochée", a-t-il précisé, ajoutant que "l'affaire Grégory n'est pas terminée. Il est souhaitable qu'elle ne se termine que lorsqu'on connaîtra le coupable". Pour rappel, à l'automne 1984, Murielle Bolle (alors âgée de 15 ans), avait accusé en garde à vue son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé Grégory, avant de finalement se rétracter. Celui-ci avait alors été incarcéré puis relâché, avant d'être tué en 1985 d'un coup de fusil par son cousin Jean-Marie Villemin, le père de Grégory. Plus de 30 ans plus tard, Murielle Bolle était toujours soupçonné d'avoir participé à l'enlèvement et d’avoir modifié son témoignage sous l’effet de violences familiales, ce qu'elle conteste.

De leur côté, Jacqueline et Marcel Jacob étaient soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire, à l'origine de plusieurs lettres anonymes bien renseignées, et d'être aussi impliqués dans l'enlèvement et la mort de Grégory Villemin dans le cadre d'un "acte collectif".

(Avec AFP)

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Michel Ange
- Mercredi 16 mai 2018 à 14:45
Heureusement qu'il existe encore des magistrats compétents.
Ceux qui avaient prononcé les sanctions concernant ces personnes doivent être sanctionnées sévèrement sans délai. Mais il est vrai que ces gens là, sont irresponsables.

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio