Le mariage Renault-Fiat de plus en plus probable

Alors Yves, hier c’était une forte rumeur. Aujourd’hui c’est une réalité. Fiat a bien demandé Renault en mariage. Qui n’a pas encore répondu.

Fiat-Chrysler a déposé hier matin au siège de Renault un projet de rapprochement pour former un groupe mondial

Un groupe qui ferait un chiffre d’affaires de 170 milliards d’euros et afficherait 10 milliards de bénéfice. Tout cela nécessite réflexion.

Le conseil d’administration de Renault s’est donc réuni hier matin. Il a seulement déclaré regarder ce projet avec beaucoup d’intérêt.

Mais il faut du temps pour l’état-major du groupe afin d’apprécier les forces et les faiblesses d’une telle alliance.

C’est vrai que Renault et Fiat sont parfaitement complémentaires, par leurs marques, leurs parts de marché et leur
manière de voir le futur.

Mais Renault est bien placé pour savoir qu’une alliance entre deux constructeurs puissants et importants pour leurs pays c’est sensible. Même si Fiat a promis que cette fusion n’entrainerait aucune fermeture d’usine, il y a le site de Mirafiori qui tourne au ralenti et pose problème.

Alors quelle est la probabilité pour que Renault dise oui ? À mon sens elle est forte. Sans doute autour de 90 % de chances. D’ailleurs les actions Renault et Fiat ont bondi hier. Bon présage.

Par ailleurs on sait désormais que l’Etat français qui détient 15 % de Renault a été prévenu dés vendredi et a donné son accord de principe. De son côté le Ministre italien, Matteo Salvini, que l’on aurait pensé réticent a au contraire fait part de son enthousiasme. En fait Fiat-Chrysler a choisi le bon moment pour proposer ce projet. Un moment où il n’y a de leadership ni chez Fiat ni chez Renault.

Il n’est pas certain que le même projet aurait pu être possible avec la personnalité de Carlos Ghosn à la tête de Renault-Nissan. De la même manière lorsque Sergio Marchionne était patron de Fiat-Chrysler, il aurait sans doute posé plein de conditions inacceptables.

Le fait que les deux groupes soient décapités facilite ce rapprochement, avec le petit-fils de Giovanni Agnelli comme probable futur Président. Et Jean-Dominique Sénard qui vient d’arriver à la tête de Renault comme futur Directeur Général. Beau couronnement pour la carrière de ce patron très social qui était auparavant le gérant de Michelin et lui a permis de rester leader mondial.