single.php

Le commentaire en slam du premier débat des primaires de la gauche

Slam Suffit, l'alter ego slammeur de Michaël Darmon, donne son avis sur le premier débat de la la primaire de la gauche.

Thumbnail

C'est parti, on solde. Tout doit disparaitre. Au PS, vous l'avez compris, pas de changement d'initiales, mais bien de raison sociale. Parti en solde, on brade, en rade le parti en pâti. Et depuis l'époque de Jaurès, ils voulaient changer la vie, sans changer d'avis avec des idéaux et des bas. Alors, question débat, hier, ils étaient sept, pas à table, mais affable. PS en solde, c'est parti, à chaque candidat sa quête.

On solde, face au Valls sans étiquette, tout doit disparaitre. Alors, on s'attendait aux grandes envolées, chacun demande la voix et reprenant l'autre à la volée. Que nenni ! Quel ennui ! Valls, Hamon, Montebourg et les autres ne parlaient que de rassembler sans jamais se parler. Alors, on a compris, l'espoir c'est chacun dans son couloir. Ce n'est pas : ensemble tout est possible, mais séparément tout est jouable.

Ah oui, ils ont travaillé, ils ont bien suivi les débats des collègues de la droite.Ah oui, ils ont travaillé, ils ont bien suivi les débats des collègues de la droite. Ils ont promis : « Nous, on ne sera pas gauche ». Notre famille de pensée ne sera pas maladroite. Prenons le pouvoir sur le chronomètre, et puis ce sont les soldes, les journalistes doivent disparaitre.

Qu'elle était triste cette gauche de gouvernement ! Pourquoi, pour faire sérieux faut-il afficher des mines d'enterrement.« Demandez le programme et apprenez-moi ce que je propose », à même dit Jean-Luc Bennahmias. Le seul sans cravate envers et contre tous. Ceux qui ont zapper avaient le choix. Sur la TNT, deux choix, Jeux de Guerre ou Mes meilleurs copains. Ça ne s'invente pas ! Vous pouvez rester même jusqu'à la fin. Dans les cafés où les vaillants militants payés leurs tournées, une question posée par Macron résonnait dans les têtes : « Pourquoi désormais le mot socialisme, n'arrime plus, ne rime plus avec optimisme ».

Avec la suite dimanche au prochain épisode. En attendant, il faudra de cette primaire changer le code. Hé ho les candidats ! Depuis des mois Montebourg pérorait : « J'ai des idées ! Moi, je régale ! » Hamon affirmait : « J'ai de l'autorité ! Moi, je fournis ! » L'un régal, l'autre fournis. Dans les médias, vous vous êtes cherchés durant tout l'été, sans discontinuer, alors que la mise et son heure est venue ! Eh bien tancez maintenant ! Et la démocratie vous dira merci pour ce moment !

 

L'info en continu
14H
13H
12H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/