Info Sud Radio : agression à Pierrefitte-sur-Seine sur fond de racisme anti-blanc

C'est une association appelée Organisation de lutte contre le racisme anti-blanc qui a donné l'alerte. Une mère et sa fille ont été récemment agressées et insultées en pleine rue à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis).

Thumbnail

J'ai tout d'abord voulu savoir si cette association était réelle, et elle est bien enregistrée comme association loi 1901. Son fondateur Laurent de Béchade se présente comme antiraciste, humaniste, laïque et apolitique. Je ne puis confirmer que Laurent de Béchade soit le seul membre de l'association, je ne sais pas non plus comment elle est financée. L'association affirme ne pas être proche de l’extrême-droite, car vous le savez, le racisme anti-blanc est un thème souvent abordé par le Rassemblement national et les Identitaires. Globalement, c’est une notion difficile à justifier car le racisme est traditionnellement plus axé vers les personnes de couleur.

Bref, cette association dit accompagner les victimes et vient de mettre sur la place publique un fait divers qui s'est déroulé à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) le 20 mai dernier : une mère et sa fille violemment agressées et insultées en pleine rue par un groupe de jeunes.

J'ai entre les mains le compte-rendu d'infraction rédigé par la police nationale, la déposition des deux victimes. Les faits y sont décrits comme suit. "Hier vers 18h, je circulais en direction de la gare de Pierrefitte accompagnée de ma mère quand tout à coup, une barre de fer a été projetée à un mètre de nous. Nous avons dit au groupe de jeunes à l'origine de cet acte que c'était dangereux. Ils nous ont répondu, je cite, "Dégagez, on n’aime pas les blancs ici, retourne-toi, regarde-nous sale…, etc."".

Une pluie de cailloux s'est abattue sur les deux femmes, ainsi qu’un morceau de béton touchant l'une d'entre elles à la tête. "Nous avons appelé au secours, des gens sont venus nous aider". Les deux femmes ont indiqué être incapables de reconnaître leurs agresseurs, ne les ayant pas bien vu pendant l'agression dans la panique. L'infraction retenue par la police est celle d’injures publiques envers un particulier en raison de sa race ou de sa religion et violence ayant entraîné une incapacité de travail.

Les faits sont donc bien réels, reste à savoir si le racisme décrit, racisme anti-blanc, prend réellement de l’ampleur dans le pays.

Réécoutez en podcast l’édito de Christophe Bordet dans le Grand Matin Sud Radio