Rodolphe Helderlé : "il n'y a jamais eu un tel climat de tension à l'Inspection du travail"

Info Miroir social Sud Radio : au cours d’un entretien avec Patrick Roger, Rodolphe Helderlé a évoqué les raisons profondes qui ont vraisemblablement conduit à la tentative de suicide d’un inspecteur du travail élève, le 27 février 2019.

Rodolphe Helderlé, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

Cette tentative de suicide a fait l’objet d’une enquête paritaire interne, dont les résultats seront restitués le 25 septembre 2019 lors du CHSCT du ministère du Travail. Mais déjà, les éléments dont dispose Miroir social permettent d’en avoir une idée assez précise. Rodolphe Helderlé, rédacteur en chef de Miroir social, était l’invité de Patrick Roger le 18 septembre 2019 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

Les inspecteurs du travail en train de perdre leur autonomie

"Cette tentative de suicide traduit un conflit de valeurs généralisé au sein de la promo. L’équipe pédagogique n’a jamais vu de promo où il y aurait un tel climat de tension, d’insultes entre élèves, et également avec la direction."

La raison de ses tensions ? "Depuis quelques années, le ministère du Travail veut donner une nouvelle inclinaison à l’Inspection du travail.

Le mot d’ordre : 'l’Inspection du travail, ça se pilote, avec des objectifs nationaux'.

Cela, alors que, historiquement, les inspecteurs du travail étaient autonomes, ils faisaient ce qu’ils voulaient", a expliqué Rodolphe Helderlé.

 

"Pour les inspecteurs du travail, la défense des salariés est un combat"

"Le ministère du Travail veut reprendre la main sur l’Inspection du travail en passant le message de l’équidistance. Cela veut dire que l’inspecteur du travail doit avoir la même distance par rapport aux employeurs qu’aux salariés. Et là-dessus, il y a un clivage. Historiquement, l’Inspection du travail est un corps engagé pro-salariés, ils sont beaucoup à être syndiqués. Et l’équidistance, ces inspecteurs n’y adhérent pas.

Ils estiment que la relation de travail entre le salarié et l’employeur est déséquilibrée par nature

Pour eux c’est un combat, et c’est mal vu par leurs supérieurs.

N’oublions pas non plus que le ministère augmente le pouvoir de sanction des inspecteurs du travail. Mais paradoxalement, il amène les managers des inspecteurs du travail à une logique d’accompagnement, de conseil des directions, pour éviter de se faire retoquer", a raconté Rodolphe Helderlé.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !