Judicaël Feigueux : "on réclame a minima l'arrêt de cette réforme des retraites"

Réunis au sein du collectif SOS Retraites, médecins, infirmiers, avocats et pilotes manifesteront à nouveau le lundi 3 février 2020.

Les robes noires et blouses blanches seront dans la rue le lundi 3 février 2020. © AFP

Pour expliquer ses revendications, Judicaël Feigueux, infirmier libéral, membre du syndicat Convergence Infirmière, était l'invité de Patrick Roger le 3 février 2020 dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Il y a un amateurisme dans cette réforme des retraites"

"Au sein du collectif de professions SOS Retraites, certains problèmes sont les mêmes. On se retrouve sur un certain nombre de revendications, notamment sur le doublement de nos cotisations dans le cadre de cette réforme, sur la capture des réserves qu’ont pu constituer nos réserves autonomes.

On réclame a minima l’arrêt de cette réforme. On s’aperçoit bien qu’elle est faite dans la précipitation, qu’il y a un amateurisme. Lorsque vous regardez aujourd’hui ne serait-ce que les projections qui sont faites, les études d’impact sur cette réforme des retraites, vous voyez que nous ne sommes plus dans un régime universel. En revanche, nous aurons une retraite universelle", a déclaré Judicaël Feigueux.

"Contrairement à l’État, les caisses autonomes ont été prévoyantes"

"Si vous regardez sur le site de LaREM, vous verrez qu’ils font des projections sur différentes professions avec des revenus totalement différents. Et à la fin, c’est étonnant : tout le monde a le même niveau de retraite.

En plus, nous, les caisses autonomes, nous sommes doublement impactées. Depuis 1945, on nous a demandé de gérer nous-mêmes nos régimes de retraite. Ce que nous avons fait est plutôt bien. Nos caisses sont aujourd’hui excédentaires. Nous avons des réserves qui ont été constituées pour pallier au déficit démographique. Contrairement à l’État, nous avons été prévoyants. Les caisses gérées par l’État, elles, sont déficitaires depuis des années, pour différentes raisons. Aujourd’hui, l’État nous dit : 'venez dans le régime universel, nous allons étatiser vos retraites, et tout va bien se passer'", a poursuivi Judicaël Feigueux.

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !