éditorial

L'édito de Yves de Kerdrel

Yves de Kerdrel Sud Radio Éditorialiste
Economie

Bruxelles met à jour son incomplète et inutile « liste noire des paradis fiscaux »

L’Union Européenne a publié hier une liste noire de paradis fiscaux. Quelle est son utilité ?

Il s’agit de la mise à jour d’une première liste qui avait été faite en 2017 et qui contient quinze pays. Comme toujours il fallait que les 28 membres de l’Union Européenne soient tous d’accord. Or jusqu’au dernier moment les ministres des finances ont buté sur le cas des Emirats-Arabes-Unis qui sont très liés à l’Italie

Finalement Les Emirats y figurent bien à coté de destinations très exotiques comme Guam, les Samoa, Trinité-et-Tobago, les îles Vierges, la Barbade, les îles Marshall, Belize, les Bermudes, les Fidji ou Oman.

Cette liste est dressée en fonction de trois critères : ces pays luttent-ils contre la fraude fiscale, favorisent-ils les sociétés offshore, et acceptent-ils de communiquer des données sur des sociétés en délicatesse avec le fisc. Pour ces quinze pays la réponse est non. Mais il existe une liste grise de 34 autres pays qui se sont engagés à se mettre dans les clous. On y trouve la Mongolie, la Namibie, ou Sainte-Lucie.

 

Et que risquent ces pays une fois qu’ils ont été pointés par Bruxelles ? Eh bien absolument rien. Comme toujours avec Bruxelles. Il s’agit de faire beaucoup de bruit pour rien. Pierre Moscovici qui est à l’origine de cette initiative pensait qu’en donnant les noms, cela pousserait les pays à changer leurs pratiques. Mais c’est oublier que certains de ces pays ont fait de l’évasion fiscale leur fonds de commerce. Sinon Guam ne serait qu’une base militaire US. En revanche, on peut s’étonner que nos bureaucrates bruxellois aillent chercher aussi loin. Car l’Europe a aussi ses paradis fiscaux.

Pourquoi ne parle-t-on pas du Luxembourg dont l’ancien Premier Ministre est Monsieur Juncker, président de la Commission Européenne. Ou de la Belgique qui est devenu un havre pour beaucoup de riches Français. Ou de Monaco, du Liechtenstein, d’Andorre qui sont tout près.

Bref tout cela, comme beaucoup de ce que fait Bruxelles est plein de bruit, de gesticulation, et d’hypocrisie. Et ça n’a absolument aucun effet.

Les rubriques Sudradio