A Marseille, "c’est comme un salon de coiffure, mais avec un bar au milieu !"

Un barbier privé de local trouve refuge chez un restaurateur fermé. Alexandre Monteil, gérant du salon « O’Barbier » à Marseille, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 4 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Les salons de coiffure et barbiers peuvent poursuivre leur activité, mais pas dans les galeries des centres commerciaux désormais fermés. (Franck Fife / AFP)

"Un restaurant nous a accueillis"

C’est du système D ! Un salon de coiffure a dû fermer car il était installé dans la galerie du centre commercial de la Valentine, à Marseille. Mais l’équipe s’est dit qu’il n’était pas possible de fermer complètement, et a trouvé un restaurant pour les accueillir. "On s’est trouvé dans une situation délicate, explique Alexandre Monteil, gérant du salon « O’Barbier » à Marseille. On devait fermer alors que notre activité restait autorisée. Vis-à-vis de nos salariés, qui devaient aller au chômage partiel, cela n’aurait pas été très juste. C’est aussi un risque pour nous : si on est fermé, que les autres restent ouverts, avec un confinement peut-être imminent, ils seraient obligés d’aller se faire coiffer ailleurs."

"Il fallait absolument que l’on trouve une solution, explique-t-il. On a pensé aux restaurateurs, déjà très solidaires vis-à-vis des personnels soignants, malgré leur fermeture. Ils pouvaient comprendre notre désarroi. Nous avons pris contact, et un restaurant nous a accueillis, et on est très contents."

 

"Une campagne SMS à nos clients"

Comment faire pour l’équipement ? "Lundi matin, nous avons eu la confirmation que ce local pouvait nous accueillir. Il a fallu trouver un camion, pour aller chercher meubles, fauteuils miroirs… Les salariés sont venus nous aider. Après, il faut penser à tout, trouver une box Internet, transférer les appels, installer les bacs à shampooing… C’est comme un salon de coiffure, mais avec un bar au milieu !"

Le salon de coiffure a donc provisoirement déménagé sur l’avenue des Poilus… "Nous avons fait une campagne SMS à nos clients, pour qu’ils sachent où nous trouver. Ils ont tous fait le déplacement, appréciant que l’on ait pu faire tout cela aussi rapidement. Si des personnes ont des locaux disponibles, qu’elles pensent aux commerces en grande surface. Il n’y a pas que des multinationales, il y a aussi des artisans derrière."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !