Les “Folies fermières” de David Caumette arrivent au cinéma

David Caumette, artiste-paysan à Garrigues (Tarn), voit aujourd'hui l'histoire de ses "Folies Fermières" sortir sur grand écran.

Folies Fermières
L'idée de David Caumette, artiste paysan, fondateur et gérant du cabaret "Les Folies Fermières", va devenir un film. (c) AFP

C’est une histoire vraie, celle de cet agriculteur à Garrigues (Tarn) qui a décidé de monter un cabaret pour sauver son exploitation. David Caumette est à la fois artiste et paysan, fondateur et gérant du cabaret "Les Folies Fermières", à Garrigues dans le Tarn.

Les Folies Fermières, un cabaret, un livre puis un film

L'éleveur avait instauré la vente directe dans sa ferme, avant de l’exploiter différemment en y organisant des spectacles, malgré l’opposition du voisinage et des autorités. Une aventure qu’il a raconté dans un livre, et qui devient maintenant un film, avec des comédiens comme Alban Ivanov, Michel Bernier, Guy Marchand ou Bérangère Krief.

"On le faisait seulement le week-end, explique-t-il. Au vu du succès, nous avons été obligés de le faire aussi en semaine." Au programme de la journée à la ferme : "vin de Gaillac et charcuterie de la ferme pour vous accueillir, visite de la ferme avec un tracto-train qui passe à travers les champs, puis repas de produits du terroir à 17 h. Puis, vient le spectacle, et le passage par la boutique si les visiteurs le souhaitent." Tout cela pour 55 euros la journée...

 

La gravité du monde agricole traitée avec humour

Le film qui arrive sur les écrans n'a pas été tourné à la ferme, mais dans une autre ferme située dans le Cantal. "Il faut savoir que nous avons eu huit propositions d'adaptation, souligne David Caumette. Nous avons choisi celle-ci car c’est avec ce réalisateur que l'on réussissait à traiter toute la gravité du monde agricole, le suicide, l'isolement... Mais avec beaucoup d’humour et de grands acteurs. On ne voulait pas mettre cette gravité de côté."

"Grâce aux artistes, on a réussi à sauver la ferme", rappelle cet artiste paysan. En 15 ans, nous avons créé deux commerces de proximité et une boutique. Nous avons créé quinze emplois. Pourtant, je me suis installé avec trois avis défavorables. Ce projet a fait ses preuves sur le terrain. Mais aujourd’hui, il ne rentre toujours pas dans les cases de l'administration française."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”