Flight Simulator : "pour la réalisation de ce jeu il n'y avait aucun pilier sur lequel on pouvait se poser"

Après 12 ans d'absence, le célèbre jeu Microsoft Flight Simulator revient dans une nouvelle mouture. Au programme, encore plus d'itinéraires et de modèles d'avions : les joueurs peuvent parcourir la Terre entière.

Le célèbre jeu Flight Simulator fait peau neuve. © AFP

Pour en parler, Martial Bossard, co-fondateur du studio Asobo Studio, qui a été un sous-traitant de Microsoft pour la création de ce jeu, a été l'invité d'Arthur de Laborde le 18 août 2020 dans "Sud Radio Midi", à retrouver du lundi au vendredi à 12h10.

 

"Grâce au cloud nous pouvons lire des données et les afficher dans le jeu"

"Dans ce jeu, il y a toute la magie des technologies modernes. Flight Simulator est une licence appartenant à Microsoft. Microsoft possède aussi un service qui s’appelle Bing Maps. Ce service possède les photos de tous les endroits de la Terre entière, ainsi que l’élévation. C’est-à-dire qu’à tout moment vous pouvez savoir à quelle altitude est l’endroit en question. Grâce au cloud nous pouvons lire ces données directement et les afficher dans le jeu. Après, on utilise aussi le machine learning, qui va deviner où sont les bâtiments et les arbres et apporter cette base de données en supplément aux images satellites.

Nous avons un partenariat depuis 12 ans avec Microsoft. La première réalisation était un jeu sur des personnages de Pixar et de Disney. Il s’agissait de créer un jeu avec leur technologie Kinex, qui est une technologie de reconnaissance de mouvements. Suite à ça nous avons eu un autre partenariat pour la réalisation de trois logiciels de réalité augmentée, qui s’appelle Hololens. Et comme ces partenariats se sont bien passés, il y a quatre ans Microsoft nous a proposé de travailler sur Flight Simulator", a expliqué Martial Bossard.

"Cela a été un voyage extraordinaire"

Selon Martial Bossard, la création de ce jeu n’a pas été une tâche facile. "Pour la réalisation de ce jeu il n’y avait aucun pilier sur lequel on pouvait se poser. Les points les plus durs ont été la partie graphique, la jouabilité (il fallait se reposer sur une connaissance parfaite de l’aviation) et la partie data.

À chaque étape de la production c’était de la recherche, c’était du développement, c’étaient des technologies qui n’étaient pas forcément maîtrisées. Mais cela a été un voyage extraordinaire, je ne vais pas vous mentir." Pour information, dans Flight Simulator ont été reconstruits 2 millions de villes, 40.000 aéroports et 1.500 milliards d’arbres.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !