Comment réagir à l’annonce de l’homosexualité d’un proche ? Par Brigitte Lahaie

L’homosexualité a toujours été un sujet compliqué. Elle fut longtemps condamnée et l’est toujours dans certains pays totalitaires. En France, l’homophobie est maintenant punie mais dire qu’elle a disparu serait se voiler la face. 

Thumbnail

Les expressions parlent d’elles-mêmes : faire son « coming out », avouer son homosexualité… Au moment de la puberté, certains adolescents réalisent qu’ils ne sont pas comme leurs copains ou leurs copines. Leur attirance est ailleurs mais ils ne peuvent guère en parler à leur entourage et encore moins à leur famille. Certains refoulent alors leurs pulsions et rentrent dans le rang. Plus tard, ils découvriront alors leur homosexualité. Soit en la vivant en cachette, soit en s’éloignant de leur famille. Heureusement, l’homosexualité étant aujourd’hui moins taboue, de nombreuses personnes réalisent plus rapidement quels sont leurs goûts en matière de sexualité. Néanmoins, cela demande tout de même une certaine force intérieure puisqu’il faut s’affirmer dans sa différence. Au moment de l’adolescence, la découverte de l’homosexualité reste une des premières causes de suicide.

Conseil aux adolescents

Voilà le conseil à donner à tout individu attiré par quelqu’un du même sexe : ne pas se sentir coupable ou anormal. L’homosexualité n’est pas une perversion. Personne n’est responsable de ses attirances. Ne pas les accepter, c’est passer à côté de sa vie.

Se forcer à vivre une relation hétérosexuelle pour entrer dans la norme, c’est se priver d’une partie de soi. Bien sûr, assumer sa différence n’est pas facile mais le regard des autres dépend aussi du regard que l’on se porte. Lorsque l’on s’accepte, notre comportement devient cohérent, fluide et nous serons plus à même de nous affirmer auprès de nos proches. 

Conseil aux proches

Personne n’a le droit de juger. Chacun fait ce qu’il veut et ce qu’il peut dans sa vie et tout particulièrement dans ses choix sexuels. La plupart du temps d’ailleurs, nos choix n’en sont pas vraiment !

Je conseille toujours aux amis, à la famille de quelqu’un qui révèle son homosexualité d’en dire le moins possible mais juste de l’écouter avec un maximum d’empathie. Au fond, qu’est-ce que cela change ? Pourquoi juger quelqu’un sur sa sexualité, sur sa vie affective ? Tout ce qui fait partie de l’intime devrait rester privé. Si l’homosexualité dérange, c’est bien parce que de nombreuses personnes ne sont pas vraiment à l’aise avec leur propre sexualité. 

Enfin, pour les proches qui s’inquièteraient du bonheur de leur ami, de leur enfant, je vais vous dire une chose : je connais de nombreux homosexuels beaucoup plus épanouis et heureux, beaucoup plus tolérants aussi que certains hétérosexuels frustrés et coincés dans une norme. 

Brigitte Lahaie