Voiture électrique : le formidable mirage automobile

Les voitures thermiques ne seront plus produites à partir de 2035. La voiture électrique est appelée à les remplacer. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Réellement ? Pour en parler, François-Xavier Pietri, éditorialiste économique chez TF1 et présentateur du Club de l’économie sur LCI et TF1, auteur de "Voiture électrique : ils sont devenus fous" aux éditions de l’Observatoire, était l’invité d’André Bercoff sur Sud Radio.

François-Xavier Pietri
François-Xavier Pietri, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

La voiture électrique est-elle l’avenir de la voiture, tout court ? Pour beaucoup, ce mode de déplacement propre est appelé à se généraliser. Notamment à partir de 2035, date à laquelle les voitures thermiques ne seront plus produites. Pour certains observateurs en revanche, le véhicule électrique est loin de tenir toutes ses promesses. Illustration.

Le risque social de la voiture propre

Auteur de Voiture électrique : ils sont devenus fous aux éditions de l’Observatoire, François-Xavier Pietri reconnaît être tombé des nues au démarrage de cette enquête. Cet éditorialiste économique chez TF1 et présentateur du Club de l’économie sur LCI et TF1, développe dans son dernier livre, tous les risques liés au développement et à la généralisation de la voiture électrique en France, mais plus largement, en Europe.

"On va opposer demain les riches et les pauvres. Ceux qui seront porteurs de la vertu, ce sont les riches. Les autres n’ont pas les moyens de se payer une voiture électrique. L’entrée de gamme, la Zoé, le prix catalogue, est à 32.000 €. La Clio essence est à 17.000 €. Personne ne s’en aperçoit car il y a des aides dans tous les côtés. Mais c’est la réalité. Et ce n’est pas demain que les prix des voitures électriques vont baisser", explique-t-il sur Sud Radio.

Rouler en électrique coûte plus cher qu’en voiture thermique

Mais s’il n’y avait que le risque social. Dans son livre, François-Xavier Pietri pointe également du doigt le risque environnemental de la voiture dite propre. "L’Ademe rappelle qu’il faut qu’une voiture électrique roule au moins 70.000 kilomètres pour atteindre le bilan carbone d’une voiture thermique. Il faut compter le déficit écologique dans la construction des voitures en amont. Et il est lourd", ajoute-t-il.

Reste enfin le volet économique. On pensait que la voiture électrique était moins coûteuse en énergie. "Nous avons juste eu une petite guerre. C’est très simple, sur les bornes de recharge rapide des autoroutes, le prix de l’électricité a triplé en deux ans. Une augmentation supérieure à celle de l’essence. Rouler 100 kilomètres en Zoé coûte 15 euros sur l’autoroute. Rouler 100 kilomètres en Clio coûte 10 euros", lance-t-il encore sur Sud Radio.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !