single.php

Ski alpin: triplé et globe du super-G pour les Suisses, Sarrazin 4e pour son retour

Le trois premières places et le globe de la spécialité: les Suisses ont tout raflé vendredi lors du super-G de Saalbach (Autriche) tandis que le Français Cyprien Sarrazin a pris une quatrième place de bon augure avant l'ultime descente de l'hiver dimanche.

Joe Klamar - AFP

Le trois premières places et le globe de la spécialité: les Suisses ont tout raflé vendredi lors du super-G de Saalbach (Autriche) tandis que le Français Cyprien Sarrazin a pris une quatrième place de bon augure avant l'ultime descente de l'hiver dimanche.

Quasiment deux mois qu'il n'avait pas remis un dossard, cinq semaines depuis sa chute à l'entraînement en Norvège, une semaine à peine qu'il a repris le ski... Cyprien Sarrazin revenait de loin vendredi mais a montré qu'il était en forme et prêt à rivaliser avec les meilleurs.

Sous le grand soleil et les températures printanières de la station autrichienne qui accueillera les Mondiaux en 2025, le skieur du Dévoluy, nouvel héros du ski français depuis son doublé fou à Kitzbühel en janvier, s'est "fait plaisir" pour prendre la quatrième place du dernier super-G de l'hiver juste devant son grand rival suisse et vainqueur du globe de la spécialité Marco Odermatt (5e).

"Je suis content d'être de retour dans le +game+", a expliqué tout sourire Sarrazin après sa course. "Ça y est, c'est reparti. C'était pas facile d'aller vite, j'ai fait quelques erreurs mais le ski est là, c'est très correct pour un retour de blessure."

"Cyp", freiné depuis mi-février par une chute à Kvitfjell (Norvège) et un hématome qui a mis du temps à disparaître, s'est pourtant fait peur en fin de course. Lancé à pleine vitesse dans le dernier mur, il s'est pris de plein fouet une porte dans le bras et le casque et a été déséquilibré.

Le Français Cyprien Sarrazin a terminé 4e du Super-G de Saalbach, en Autriche, le 22 mars 2024

Le Français Cyprien Sarrazin a terminé 4e du Super-G de Saalbach, en Autriche, le 22 mars 2024

Joe Klamar - AFP

"Je me suis pris le piquet dans la gueule", a-t-il ensuite raconté en rigolant. "J'étais un poil trop excité aujourd'hui, en super-G j'ai toujours un peu trop d'envie alors qu'en descente je suis pas assez calme... Je ne suis pas sorti mais je me suis fait une petite frayeur".

- Triplé et globe pour la Suisse -

Les Suisses Loic Meillard, Stefan Rogentin et Arnaud Boisset (de gauche à droite) sur le podium du Super-G de Saalbach (Autriche) le 22 mars 2024

Les Suisses Loic Meillard, Stefan Rogentin et Arnaud Boisset (de gauche à droite) sur le podium du Super-G de Saalbach (Autriche) le 22 mars 2024

BARBARA GINDL - APA/AFP

Malgré cette erreur qui aurait pu lui couter bien plus cher, Sarrazin n'a été dépassé que par un triplé suisse que personne n'avait vu venir. Stefan Rogentin s'offre à 29 ans sa première victoire en Coupe du monde, lui qui ne comptait jusque-là que trois top 10 cet hiver.

Derrière lui, Loïc Meillard prend la deuxième place à trois centièmes, son meilleur résultat en super-G tandis qu'Arnaud Boisset complète le podium (+15 centièmes) et monte pour la première fois sur la boîte en Coupe du monde.

S'il a dû se contenter d'une cinquième place derrière ses trois coéquipiers et Sarrazin, le génie suisse Marco Odermatt s'est offert son troisième globe de l'hiver en remportant celui du super-G, après celui du géant et du classement général.

Déçu après son abandon en géant la semaine dernière alors qu'il était parti pour remporter toutes les courses de l'hiver dans la spécialité, "Odi" peut conclure sa saison avec quatre globes s'il remporte dimanche celui de la descente.

Il a pour le moment 42 points d'avance sur Sarrazin, une marge confortable mais qui n'exclut pas une grosse remontée du Français avec qui il a partagé les victoires des courses les plus mythiques du circuit cette saison (Bormio et Kitzbühel pour Sarrazin, Wengen pour Odermatt).

"Marco m'a dit +the game is on, welcome back+", a raconté Sarrazin vendredi après son super-G, lui qui ne se projette pas encore sur la course de dimanche mais veut d'abord se reposer et "profiter de l'ambiance ici".

"On verra avec la météo", a-t-il précisé alors que les températures très douces puis les chutes de neige annoncées dans la nuit de samedi à dimanche pourraient finir d'achever une piste déjà fragile. "J'espère que ce ne sera pas mère nature qui décidera de notre bataille. J'espère que ce sera une belle course et si les conditions le permettent: let's go!"

Par Valentine GRAVELEAU / Saalbach (Autriche) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
00H
23H
22H
21H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/