single.php

SCO d'Angers: Saïd Chabane condamné à 2 ans de prison dont 1 avec sursis pour agressions sexuelles

Saïd Chabane, ancien président et actuel propriétaire du club de football d'Angers (L2), a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de la ville à deux ans de prison dont un avec sursis simple, pour agressions sexuelles.

LOIC VENANCE - AFP

Saïd Chabane, ancien président et actuel propriétaire du club de football d'Angers (L2), a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de la ville à deux ans de prison dont un avec sursis simple, pour agressions sexuelles.

M. Chabane, qui n'était pas présent lors du délibéré, a été reconnu coupable des faits dénoncés par six femmes et relaxé "au bénéfice du doute" dans un septième dossier.

Les avocats de Saïd Chabane ont immédiatement annoncé faire appel.

"Nous accueillons cette décision avec un certain soulagement puisque M. Chabane a été déclaré partiellement innocent de ce dont on l'accusait depuis plusieurs années. Bien évidemment nous ne sommes pas d'accord avec (le reste) de la décision et allons interjeter appel (...) pour que M. Chabane puisse être totalement innocenté", a déclaré devant la presse Me Pascal Rouiller.

Lors du procès, en décembre, le procureur avait demandé au tribunal de condamner M. Chabane à trois ans de prison dont un avec sursis, évoquant lors de ses réquisitions les "gestes intolérables" décrits par les parties civiles.

A la barre, d'anciennes employées du SCO d'Angers et de l'entreprise de charcuterie de Saïd Chabane avaient raconté à tour de rôle des étreintes forcées et des attouchements aux fesses et à la poitrine.

"Quand on dit la vérité, peu importe, on dort correctement et j'ai fait ce que j'avais à faire et ça a payé. Mais quoi qu'il en soit, je n'aurais pas regretté mon choix", a déclaré aux journalistes Marie, l'une des plaignantes, après le délibéré.

"C'est une décision sans surprise pour les parties civiles, à la hauteur de ce qui a été dit à l'audience. L'important pour les plaignantes est que la vérité soit dite et reconnue", a déclaré à l'AFP Me Céline Tavenard, avocate d'une partie civile.

La condamnation de Saïd Chabane "fragilise" le SCO d'Angers, ont estimé dans un communiqué commun Jean-Marc Verchère, maire d'Angers, Florence Dabin, présidente du département du Maine-et-Loire et Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire.

"Nous souhaitons la mise en retrait effective de Saïd Chabane de la vie du club. Il est important que le sport reprenne ses droits", ont-ils affirmé, saluant le "courage" des victimes.

- Dénégations -

La première plainte avait été déposée en janvier 2020 par une salariée du SCO d'Angers. Elle dénonçait des faits survenus quelques semaines plus tôt, lors d'un voyage à Madrid auquel participaient plusieurs employés.

A la suite de ce dépôt de plainte, "on m'a dit que j'étais vénale, menteuse, que je cherchais la lumière", avait-elle raconté à la barre.

Six autres plaintes avaient été déposées par la suite, pour des faits s'étalant de 2014 à 2019.

Jugé pour agressions sexuelles "commises par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction", Saïd Chabane, 59 ans, avait nié lors du procès l'ensemble des faits qui lui étaient reprochés.

Face au tribunal, il s'était dit "condamné" depuis sa mise en examen en février 2020, dénonçant une "présomption d'innocence devenue insignifiante".

Ses avocats avaient plaidé la relaxe.

"Si vous dites un mensonge à plusieurs, cela devient la vérité ? Cela m'effraie. On est sur le terrain judiciaire. Je récuse toute culpabilité déclarative", avait affirmé l'un de ses avocats lors de sa plaidoirie.

Propriétaire du club depuis 2011, Saïd Chabane s'était décrit lors de l'audience comme un homme "parti de zéro", patron "directif" et "exigeant" mais qui n'a jamais entretenu de rapport de "domination" avec ses employés.

Saïd Chabane a été l'un des principaux acteurs du spectaculaire redressement d'Angers sur le plan sportif avec notamment un retour en L1 en 2015. Le club a par la suite été relégué au terme de la saison 2022/2023.

Empêtré dans une succession d'affaires et une situation sportive catastrophique, Saïd Chabane avait cédé sa place de président du club à son fils Romain en mars 2023.

Il sera jugé dans une tout autre affaire à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Bobigny, pour exercice illégal de l'activité d'agent sportif et blanchiment en bande organisée, aux côtés de quatre autres personnes. Tous contestent les faits qui leur sont reprochés.

Par Laetitia DREVET / Angers (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
04H
03H
23H
21H
20H
18H
17H
16H
15H
Revenir
au direct

À Suivre
/