single.php

Dauphiné: Remco Evenepoel va bien, merci !

"Etonné d'être déjà à ce niveau": dans le doute au départ du Dauphiné, Remco Evenepoel s'est plus que rassuré mercredi en remportant le chrono de la quatrième étape pour endosser son premier maillot jaune, "le plus beau du monde".

Thomas SAMSON - AFP

"Etonné d'être déjà à ce niveau": dans le doute au départ du Dauphiné, Remco Evenepoel s'est plus que rassuré mercredi en remportant le chrono de la quatrième étape pour endosser son premier maillot jaune, "le plus beau du monde".

A moins d'un mois du Tour de France, le Belge, champion du monde du chrono, a frappé un gros coup sur un parcours exigeant de 34,4 km entre Saint-Germain-Laval et Neulise, reléguant le prodige britannique Josh Tarling et le Slovène Primo Roglic à respectivement 17 et 39 secondes.

De quoi dissiper les doutes après deux mois sans courir suite à sa lourde chute début avril au Pays basque.

"C'est mieux que prévu, j'avais vraiment de bonnes jambes et de bonnes sensations. Je ne suis pas encore au top, mais je gagne, c'était très important pour moi. C'est bon pour la confiance, c'est bon pour le futur", a-t-il dit.

Remco Evenepoel lors de la 4e étape du Dauphiné, un contre-la-montre entre Saint-Germain-Laval et Neulise, le 5 juin 2024

Remco Evenepoel lors de la 4e étape du Dauphiné, un contre-la-montre entre Saint-Germain-Laval et Neulise, le 5 juin 2024

Thomas SAMSON - AFP

Victime d'une fracture de la clavicule et de l'omoplate il y a deux mois, le Flamand avait annoncé que son seul objectif était de reprendre le rythme de la compétition. Il redoutait aussi de ressentir des douleurs pendant le chrono où, en maître de l'exercice, il adopte une position aérodynamique extrême qui sollicite énormément le tronc et l'épaule.

Tout ça a été balayé mercredi sous un chaud soleil dans la Loire. Moulé dans sa combinaison arc-en-ciel de champion du monde transmetteur radio collé sur le torse pour mieux pénétrer dans l'air, il a fait la différence dans la partie finale plus vallonnée pour remporter la 55e victoire de sa carrière, la 14e dans un chrono, à seulement 24 ans.

Quant à l'épaule, strappée, il a expliqué, en rigolant, "ne pas avoir ressenti de douleur, sauf à 150 mètres de l'arrivée où j'ai pris un gros nid-de-poule".

- Premier maillot jaune, "c'est génial" -

Son tour de force dessine des perspectives intéressantes en vue du Tour de France (29 juin-21 juillet) où il y aura deux chronos au programme, dont celui du dernier jour, tout aussi long et encore plus dur, entre Monaco et Nice.

Le Slovène Primoz Roglic lors de la 4e étape du Dauphiné, un contre-la-montre entre Saint-Germain-Laval et Neulise, le 5 juin 2024

Le Slovène Primoz Roglic lors de la 4e étape du Dauphiné, un contre-la-montre entre Saint-Germain-Laval et Neulise, le 5 juin 2024

Thomas SAMSON - AFP

"La chrono est une grande arme pour moi. Mais la dernière étape du Tour présente plus les caractéristiques d'une courte étape de montagne. Je pense avoir plus mes chances sur le premier chrono. Mais ça ne suffira pas pour gagner le Tour, il faudra aussi que je grimpe bien", a-t-il souligné.

Au Dauphiné, sa performance ne préjuge pas du résultat final. Car il risque d'être encore un peu juste en montagne ce week-end dans les Alpes sur un terrain où il est moins à l'aise qu'un Roglic qui a également fait un très beau chrono et ne compte que 33 secondes de retard au général.

"Les trois dernières étapes sont très dures. Je vais prendre jour après jour et si un jour je craque c'est comme ça. J'ai encore beaucoup de travail à faire. C'est déjà étonnant que je sois déjà à ce niveau", a estimé Evenepoel.

Roglic, vainqueur du Dauphiné en 2022, s'affirme comme la principale menace. "C'est juste le début", a-t-il averti, "satisfait" de sa performance mercredi.

L'Américain Matteo Jorgenson, troisième au général, pointe à 1 min 4 sec et des grimpeurs comme les Espagnols Juan Ayuso et Carlos Rodriguez ne sont pas si loin non plus (1:27 et 1:41).

En attendant, Evenepoel était ravi de porter pour la première fois de sa carrière un maillot jaune, attribué au leader de Paris-Nice, du Dauphiné et... du Tour de France.

"J'y pense depuis le début de l'année. J'espérais le porter déjà sur Paris-Nice, je n'étais pas passé loin (2e), c'est génial", a-t-il dit.

"C'est le plus beau maillot du monde... j'ai déjà eu l'autre (champion du monde), a-t-il ajouté. J'espère que c'est un bon test pour le mois de juillet, on verra. Je vais déjà profiter de ce maillot ce soir et demain. Après ce qui s'est passé il y a deux mois, je peux être très fier."

Par Jacques KLOPP / Neulise (France) (AFP) / © 2024 AFP

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/