single.php

Lionel Nallet : "Je ne vais pas revenir dans le rugby immédiatement"

Par Justin Boche

"Mon dernier match s'est bien passé. C'était préparé, ce qui est plus facile. Ce n'est pas un coup du sort. De plus ça devenait difficile mentalement et physiquement donc ça s'est fait naturellement. Le matin, il y avait plus de douleurs. Ca devenait plus difficile de s'entrainer. Et quand ça devient difficile tous les jours, […]

Thumbnail

"Mon dernier match s'est bien passé. C'était préparé, ce qui est plus facile. Ce n'est pas un coup du sort. De plus ça devenait difficile mentalement et physiquement donc ça s'est fait naturellement. Le matin, il y avait plus de douleurs. Ca devenait plus difficile de s'entrainer. Et quand ça devient difficile tous les jours, il vaut mieux arrêter." a-t-il déclaré au micro de Sud RadioPourtant malgré la victoire à domicile contre Grenoble au dernier match, le tout jeune retraité a vécu une descente en Pro D2 pour sa dernière saison en tant que professionnel : "Cette descente en Pro D2 ternit un petit peu cette retraite. J'avais prolongé pour laisser le LOU en Top 14. C'est la petite note négative. Mais j'ai trouvé un certain intérêt à revenir à Lyon. Je rentrais chez moi, je retrouvais mes amis d'enfance et mon entreprise. C'était bien pour préparer ma reconversion. Il y a eu de bons moments, j'en garde de très bons souvenirs."

"Si le président du LOU a besoin de moi pour certaines questions très précises, j'y répondrais avec plaisir."

Pour l'avenir, l'ancien deuxième ligne préfère prendre du recul : "Je vais intégrer complètement mon entreprise de mécanique de précision. J'ai deux ou trois autres affaires avec mon ami Sébastien Chabal, donc j'ai plein de choses à faire. Je ne vais pas revenir dans le rugby dans l’immédiat. Si le président du LOU a besoin de moi pour certaines questions très précises, j'y répondrais avec plaisir. Mais je vais prendre du recul pendant au moins deux ans, et après on verra."Ressortir un souvenir précis de sa longue carrière est assez difficile pour lui : "Je n'arrive pas à détacher de souvenirs précis, bon ou mauvais, de ma carrière. J'ai plus une vision globale. Forcement je peux parler de la préparation de la finale de Coupe du monde. L'ambiance et la concentration de toute l'équipe avant ce match. Ce sont des moments assez rares. Tous le monde sait qu'ils doivent jouer au dessus de leurs moyens."

"C’est à Bourgoin que je me suis senti le plus à l'aise."

Pensionnaire de plusieurs clubs de l'élite durant sa carrière, pour Nallet c'est Bourgoin qui restera sa maison : "C’est à Bourgoin que je me suis senti le plus à l'aise. Il y avait une ambiance spéciale. On avait tous une identité au terroir. Ca donnait une ambiance particulière, familiale, que je n'ai pas retrouvé dans d'autres clubs".En septembre prochain, commencera la coupe du monde. Comme en 201,1 la France se présente sans réelles certitudes, mais Nallet n'est pas inquiet : "Je trouve l'équipe de France en difficulté. Mais avant 2011 on était aussi en difficulté. On perd deux matchs en poule ès le début. On avait peut être plus de stabilité, mais on se posait les mêmes questions qu'eux. Espérons qu'il vont avoir les mêmes résultats que nous, voir mieux. Notre deuxième ligne peut rivaliser avec les meilleurs au monde. Après il faut que ça prenne et que tout le monde soit au top au même moment."

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
12H
11H
09H
08H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/