Vive inquiétude autour des effets de la 5G sur la santé : "les gens se plaignent de palpitations, de troubles du sommeil"

Les opérateurs de 5G vantent un débit dix fois plus puissant que sa petite soeur, la 4G. Seulement, ces données occultent un risque plus profond : celui des effets d'une telle connectivité sur la santé des habitants, notamment les dommages cérébraux. Pendant que certains citoyens et associations demandent des études sanitaires, Édouard Philippe doit décider aujourd'hui des opérateurs autorisés à déployer le nouveau réseau. Et Pékin fait pression sur le gouvernement, en mettant en garde contre d'éventuelles "mesures discriminatoires" si le géant Huawei venait à être écarté de la course.

Le gouvernement doit trancher aujourd'hui des opérateurs autorisés à déployer la 5G en France. (Photo de Justin Tallis / AFP)

Un reportage Sud Radio de Lionel Maillet, correspondant dans les Bouches-du-Rhône.

Un pas de plus vers le très haut débit. Quels opérateurs auront le feu vert pour déployer la 5G en France ? Le Premier ministre Édouard Philippe rend ses arbitrages aujourd’hui. Nokia Ericsson et le chinois Huawei sont sur les rangs pour déployer les futurs réseaux. Malgré les accusations américaines d’espionnage chinois, les autorités européennes recommandent de ne pas exclure l'équipementier Huawei de la compétition. La 5G devrait arriver en France dès cet été. Et la nouvelle ne fait pas que des heureux notamment ceux qui se plaignent des ondes électromagnétiques. Comme à Marseille, avec notre correspondant Lionel Maillet.

Dans le quartier de la Plaine à Marseille, des antennes, il y en a à foison, il suffit simplement de lever les yeux. Comme le remarque le Docteur Spiteri.

"Vous avez une forêt d'antennes. Les gens se plaignent de maux de tête, de troubles du sommeil, la personne habitant au 4ème étage de l'immeuble Jean Jaurès ressent des palpitations. Sa voisine qui a un appartement particuliètement exposé aux ondes électromagnétiques a un Alzeihmer extrêmement évolutif" raconte le Dr Spiteri.

 

Aucune étude sanitaire sur un dossier pourtant complexe

"Les opérateurs maintiennent qu'il ne se passe rien, c'est toujours le même discours. Mais comment voulez-vous prouver qu'il y a des photons dans la tête de quelqu'un ?" s'indigne un habitant du quartier de la Plaine.

Stephen Kerckhove est le délégué général d'Agir pour l'Environnement, l'association qui va saisir le conseil d’État pour faire annuler le déploiement de la 5G. Selon lui, tous les opérateurs représentent un risque potentiel et il ne faut en aucun cas croire à leur discours se voulant rassurant. D'autant plus qu'aucune étude sur les retombées sanitaires n'a été faite.

"On ne dit pas qu'il y a un risque, mais un manque d'évaluation. On aimerait que l'évaluation précède les autorisations (données aux opérateurs, ndlr)" clarifie S. Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'Environnement.

Avec la 5G, le nombre d'antennes-relais pourrait doubler, accompagné de nouvelles fréquences d'émission. De quoi inquiéter les habitants concernés.