Vaccination : les communes rurales, les grandes oubliées ?

Christian Soula, maire d’Espéraza (Aude), à 20 km au Sud de Limoux, était l’invité de Patrick Roger le 21 janvier, dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

La campagne de vaccination des plus de 75 ans a démarré lundi 18 janvier. (© AFP)

Dans l’Aude, des maires plaident pour que la vaccination s’étende aussi aux communes rurales.

 

"De vrais difficultés de mobilité géographique"

Se faire vacciner en milieu rural est plus que compliqué. Comment faire ? "Nous, nous sommes sur un territoire rural, entre désertification et perte de services publics, explique Christian Soula, maire d’Espéraza (Aude),  à 20 km au Sud de Limoux. C’est déjà un peu compliqué aujourd’hui. Nous avons cinq centres de vaccination ouverts dans l’Aude. Dans nos cantons, pour les rejoindre depuis les petits villages, c’est à une heure et demi de route."

"Nous nous adressons à une population de plus de 75 ans, qui ont de vrais difficultés de mobilité géographique." Du coup, la vaccination pourrait-elle se faire dans la commune ? "Nous avons une maison de la santé, nous pouvons prêter des salles, nos professionnels de santé sont prêts. Nous sommes tous dans l’attente de pouvoir décentraliser un peu tous ces centres vers les territoires ruraux."

 

"À ce rythme-là, nous sommes partis pour six mois"

Quid de l’acheminement des doses de vaccins ? "De ce que l’on sait, détaille le maire d’Espéraza, sur Limoux, on dispose de 30 à 40 doses par jour. Si l’on prend les deux communauté de communes, cela représente 8.000 personnes de plus de 75 ans. À ce rythme-là, nous sommes partis pour six mois." "Déjà, le problème est qu’il n’y a pas de vaccin, explique clairement Christian Soula. C’est très compliqué, il y a une pénurie."

Y a-t-il déjà eu des victimes du Covid-19 dans sa commune ? "Nous avons eu trois décès lors de la première vague." Les personnes âgées de plus de 75 ans peuvent-elles bénéficier des navettes gratuites proposées par la région Occitanie. "Les informations ont du mal à descendre, et la mise en place va être très compliquée."

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !