Vaccin contre le Covid-19 : "cela permettrait de couper le cou à cette épidémie"

Jean Sibilia, doyen de la faculté de médecine de Strasbourg et rhumatologue, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 10 novembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Quels effets concrets va avoir la stratégie vaccinale sur notre quotidien ?

Pfizer annonce que son vaccin contre le Covid-19 est efficace à 90%. Que faut-il en penser ?

 

Quelques réserves

"C’est vraiment une bonne nouvelle, estime Jean Sibilia, doyen de la faculté de médecine de Strasbourg et rhumatologue. On a beaucoup discuté il y a quelques mois de la possibilité d’un vaccin et du délai. On est bien en ligne avec ce que l’on espérait. Des vaccins, au moins une dizaine, qui arrivent dans les prochains mois, c’est une bonne nouvelle."

Mais avec quelle efficacité et quels effets secondaires ? "Il y a quelques réserves. D’abord, l’annonce n’est pas faite par un organisme scientifique ou une agence nationale, mais par le conseil scientifique d’un laboratoire. Mais c’est quand même sérieux. Deuxième réserve : pour l’instant, nous avons des résultats très préliminaires, il faut vraiment attendre. 90% de protection, c’est très encourageant. En général, on est à 60 à 70%, mais attendons les chiffres à venir."

 

Neuf vaccins très avancés

Est-ce que les plus fragiles seront immunisés ? "Il faut que les plus fragiles, les gens atteints de maladies, de diabète, les plus anciens soient la priorité. Pour les 60-65 ans, aucun problème. La question se pose pour les sujets de 75 à 85 ans. Dans cette étude, on voit bien si le sous-groupe est protégé. Imaginons que ce ne soit pas durable, que ce soit pour trois à six mois, c’est bon à prendre quand même. Cela permettrait de couper le cou à cette épidémie. Il faut être optimiste."

D’autres vaccins sont actuellement à l’étude. "D’autres candidats travaillent, au moins neuf sont en situation avancée, estime Jean Sibilia. C’est-à-dire pour une mise à disposition potentielle du vaccin dans les douze mois à venir. En termes d’efficacité et de tolérance, le risque existe toujours : on injecte un produit qui stimule votre immunité Si vous êtes prédisposé, cela peut déclencher une poussée de cette maladie. Le risque ne sera pas à zéro, mais le risque de complication doit être rare pour être acceptable."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !