Vaccin Astrazeneca chez les généralistes : "C’est très limité, on ne pourra vacciner que dix patients"

La vaccination contre le Covid-19 des 50-64 ans démarre cette semaine. Luc Duquesnel, président de la branche "généralistes" de la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 22 février. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Le vaccin contre le Covid-19 AstraZeneca arrive cette semaine chez les médecins généralistes. (Thomas Samson - POOL/AFP/Archives)

"Beaucoup mieux que le vaccin contre la grippe"

Les médecins attendent-ils avec impatience de recevoir les doses de vaccin pour les administrer cette semaine ? "Nous sommes 55.000 médecins généralistes. On les attend, tout en sachant que cela fait plus d’un mois que l’on vaccine, soit dans nos cabinets soit dans des centres, avec le vaccin Pfizer", explique Luc Duquesnel, président de la branche "généralistes" de la CSMF (Confédération des Syndicats Médicaux Français). Cette fois c’est l’AstraZeneca qui arrive : "c’est un nouveau vaccin. La grosse différence est de pouvoir vacciner dans les cabinets de médecine générale. Mais on pourra continuer de le faire dans les 1.250 centres existants en France."

"53% des médecins généralistes se sont inscrits auprès d’une pharmacie pour recevoir ce flacon, chacun permettant de vacciner dix patients, détaille Luc Duquesnel. Nous allons les recevoir en milieu de semaine. Cela va commencer cette semaine ou semaine prochaine." Que répondre aux sceptiques du fait des effets secondaires ? "Chez les personnes à qui on fait le rappel, on arrive à 82% de couverture, ce qui est beaucoup mieux que le vaccin contre la grippe. Nous avons des effets secondaires chez les gens les plus jeunes, de moins de 50-55 ans, tout simplement parce que leur réponse immune est immédiate. Cela leur permet d’avoir un système immunitaire plus performant. Ils prennent du doliprane juste avant la vaccination, et ils auront de la fièvre un ou deux jours."

"Une tranche horaire dédiée à cette vaccination"

Mais il faut rappeler que ce vaccin ne sera proposé qu’aux personnes éligibles. "Soit des professionnels de santé, soit des personnes de 50 à 65 ans avec ce que l’on appelle des facteurs de co-morbidité, détaille le président de la branche "généralistes" de la CSMF . D’ailleurs, ils ont déjà reçu un courrier de l’assurance maladie, souvent parce qu’ils ont une pathologie chronique, ou que ce sont des patients obèses. Les 29.000 généralistes qui se sont inscrits vont leur donner un rendez-vous, et on vaccinera ces patients soit dans la semaine, soit la semaine prochaine."

"C’est très limité, on ne pourra vacciner que dix patients. On nous dit qu’avec la deuxième livraison, on pourrait recevoir deux à trois flacons. On va voir, c’est très fluctuant, confie Luc Duquesnel. Il est vrai que, vu les conditions de sécurité et d’utilisation de ce vaccin, à conserver entre 2 et 8 degrés, nous avons six heures pour vacciner les patients. Ce sera donc sur une tranche horaire dédiée à cette vaccination au sein des cabinets des médecins."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !