"Un voyant d'airbag allumé, aujourd'hui c'est la contre-visite": le contrôle technique fait peur aux automobiliste

Peur de l’immobilisation du véhicule ou de réparations onéreuses en cas de contre-visite. Les Français sont de plus en plus nombreux à faire l’impasse sur le contrôle technique. Il est pourtant obligatoire tous les deux ans. Près de 739.000 contrôles manquaient à l'appel en 2019.

Une voiture passe au contrôle technique dans un centre spécialisé de Caen, le 27 décembre 2007. (MYCHELE DANIAU / AFP)
Reportage Sud Radio de Clément Bargain

 

Dans quelques semaines, Georges doit passer le contrôle technique de sa vieille voiture diesel. Un rendez-vous qu’il appréhende:

 

"Bien-sur que c'est un stress, aujourd'hui ça coûte beaucoup plus cher, vous pouvez vous faire mettre une voiture à la casse. La question est la suivante: on fait quoi pour les gens qui n'ont pas d'argent !" - Georges, automobiliste

Il y a désormais 134 points de contrôle alors par peur de devoir faire des réparations ou de voir son véhicule immobilisé, de plus en plus d’automobilistes zappent le contrôle technique, comme le constate Bruno, responsable d’un centre:

 

Peur de la contre-visite

"La peur de la contre-visite, toujours pareil !  Cela peut engendrer plus de frais, puisqu'il y a plein de points qui avant n'étaient pas dans la contre-visite. Vous avez un voyant d'airbag allumé, c'est la contre-visite, alors qu'avant on le signalait tout simplement. Donc forcément ça génère plus de frais ! Faut changer les pièces, remettre aux normes !" - Bruno, responsable de centre de contrôle technique

 

 

"Responsabilité citoyenne", routière et environnementale

Près de 739.000 contrôles n’ont pas été réalisés en 2019: un chiffre inquiétant selon Bernard Bourrier, président du réseau Autovision: "il faut assumer la responsabilité de la voiture qui doit s'entretenir, c'est la responsabilité citoyenne de chaque propriétaire de véhicule."

"Le contrôle technique n'est pas cher par rapport à la vie de l'homme!" - Bernard Bourrier

 

Près de 739.000 contrôles manquaient à l'appel en 2019 - "C'est une bêtise ! Le véhicule est dangereux par nature, il faut l'entretenir correctement. La responsabilité routière et environnementale, c'est d'abord la responsabilité du titulaire de la carte grise" - Bernard Bourrier, Autovision

 

Selon les professionnels de l’automobile, il y aurait plus de 15.000 véhicules dangereux sur les routes.