Samia Ghali : "il faut une approche globale pour lutter contre la délinquance"

"Il faut une approche globale pour lutter contre la délinquance", a déclaré Samia Ghali, le jour où quatre ministres se rendent à Marseille, où une dizaine de personnes avaient été blessées par balles en moins de 24 heures.

Samia Ghali, interviewée par Patrick Roger sur Sud Radio, à 8h10, dans "C'est à la une".

"Il faut une approche globale pour lutter contre la délinquance", a déclaré Samia Ghali, sénatrice PS des Bouches-du-Rhône, maire du 15e et 16e arrondissements de Marseille, le jour où quatre ministres se rendent à Marseille, où une dizaine de personnes avaient été blessées par balles en moins de 24 heures. Samia Ghali était l’invitée de l’émission "C’est à la une" le 17 septembre 2019, à retrouver sur Sud Radio du lundi au vendredi à 8h10.

 

"Je ne suis pas avare de moyens"

"Le combat contre le trafic est une bataille de longue haleine, elle ne se gagnera pas en une fois. Il faut une cohérence entre tous les services de justice. Et deuxièmement, nous avons besoin de policiers en nombre suffisant. Les CRS étaient longtemps occupés par les Gilets Jaunes et ont disparu de certains territoires."

Samia Ghali revendique par ailleurs la présence de l’armée dans les quartiers. "Quand on est face à des enfants de 13 ans qui sont déjà armés, que voulez-vous que l’on fasse ? C’est la guerre. Parce que quand vous avez des jeunes cagoulés et armés devant les portes d’immeubles, ça s’appelle comment, ça ? Je ne suis pas avare de moyens, j’assume parce que, malheureusement, les films nous donnent raison", a déclaré Samia Ghali.

"La lutte contre la délinquance doit être linéaire"

Pour en venir à bout de la délinquance à Marseille, Samia Ghali prône une "approche globale". "On met dedans toute la partie éducative, Pôle emploi, les services sociaux… - tous les acteurs de la société qui œuvrent sur ces territoires. Il faut que ce soit toujours linéaire. Car dès que vous retirez les moyens, c’est terminé, la délinquance reprend son cours. Et c’est ça qui ne va pas."

Interrogée sur l’éventuelle légalisation du cannabis comme solution à la délinquance liée au trafic de stupéfiants, Samia Ghali déclaré : "nous avons le plus gros trafic de cigarettes avec, là aussi, des bagarres avec des sabres, des gens mutilés. Et pourtant, le tabac n’est pas illégal. On voit bien que ce n’est pas uniquement un problème de légalisation".

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !