Réforme des retraites : "on demande un 43ème régime spécial pour les travailleurs du bâtiment"

La grande mobilisation du 5 décembre approche, et de plus en plus de corps de métiers rejoignent le mouvement. Le secteur privé compte lui aussi faire entendre sa voix, et notamment le monde du bâtiment.

Le 5 décembre, le secteur privé compte lui aussi faire entendre sa voix, et notamment le monde du bâtiment. AFP

"On demande un 43ème régime spécial pour les travailleurs du bâtiment"

 

Au-delà des services publics, le monde privé se mobilise lui aussi pour la manifestions du 5 décembre prochain. Christian Renard, délégué syndical CGT au sein du groupe Vinci, compte bien défendre sa retraite et celle des travailleurs du bâtiment : "cette question de la réforme des retraites ne concerne pas uniquement des régimes spéciaux explique-t-il au micro d'Alexandre de Moussac de Sud radio. Ça concerne l'ensemble des salariés parce que ça va tous nous toucher estime-t-il.

 

Nous dans le bâtiment, nous avons une revendication de tenir compte de la pénibilité, de la dangerosité de nos métiers, notamment pour tous ceux qui travaillent sur les chantiers du bâtiment. Une des revendications phares est la retraite à 55 ans pour les travaux pénibles. On demande un 43ème régime spécial pour les travailleurs du bâtiment".

 

"Dans le bâtiment, il y a un mort par jour travaillé"

Les travailleurs du bâtiment craignent de perdre avec ce système de retraite à points, quand au contraire il faudrait selon eux adapter chaque retraite aux difficultés de chaque profession.

"Arrivés à la cinquantaine, beaucoup sont usés, ils ont des maladies professionnelles rapporte Christian Renard. Beaucoup sont d'ailleurs licenciés pour inaptitude, et se retrouvent au chômage à 55 ou 56 ans. Peu de gens le savent, mais dans le bâtiment, il y a un mort par jour travaillé, plus de 200 morts chaque année sur les chantiers du bâtiment" déplore-t-il.

 

Sur le même sujet :

Adrien Quatennens sur la réforme des retraites : "tout le monde va y perdre"