Quelle réouverture pour les restaurants le 15 juin ?

Philippe Roca, Gérant d’un restaurant italien dans le centre-ville et Camille Otero, gérant d’une brasserie en plein centre-ville de Perpignan, étaient interviewés dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 22 Avril. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Thumbnail
Les restaurateurs de Perpignan attendent de pouvoir rouvrir. Mais avec quel cahier des charges ?

Comment envisage-t-on la réouverture des restaurants, prévue pour le 15 juin prochain, sur Perpignan. "On n’attend que cela", confie Philippe Roca, gérant d’un restaurant italien dans le centre-ville.

 

Une activité entièrement à l'arrêt

Pour l’instant, ses salariés sont au chômage. Et s’il fallait reprendre une activité, rouvrir le restaurant, comment éloigner les tables les unes des autres ? "On ne sait pas comment on va faire, confie franchement Philippe Roca. Si l’on doit faire cela, je devrai laisser les salariés au chômage partiel. Dans un premier temps, je vais reprendre avec ma femme une activité à emporter à partir du 11 mai pour relancer l’entreprise."

Camille Otero est quant à lui le gérant d’une brasserie en plein centre-ville de Perpignan. "J’ai 40 salariés, avec une équipe d’ouverture, une en continu, une de fermeture… Le 14 mars, on a eu l’irrespect de nous dire à 20 h que l’on fermait à minuit. Nous avons une capacité de 300 couverts, les chambres froides étaient pleines, le personnel était là. Et du jour au lendemain, on dit au personnel de venir avec un panier et de prendre tout ce qu’il y a dans les chambres froides. Parce que le lendemain, c’était les élections ! On nous fait fermer à minuit et le lendemain, on fait les élections…"

 

"Il aurait fallu aussi annuler les élections"

Où en est-il ? "Nous avons mis 40 salariés au chômage partiel, et on attend. On nous dit que nous allions peut-être rouvrir le 15 Juin. À vos ordres, messieurs du gouvernement, mais est-ce que vous avez un peu de respect pour cette profession de nous avoir mis dans cette situation, peste Camille Otero. Bien sûr, peut-être que de fermer le 14 à minuit a évité des contaminations. Mais il fallait aussi annuler les élections."

Si jamais il fallait rouvrir avec des conditions particulières, serait-il prêt à le faire, entre la salle et la terrasse ? "Bien sûr ! Nous avons reçu des messages de centaines de clients qui ont hâte de nous retrouver. Maintenant, il faut voir le cahier des charges qu’on va nous mettre en place : masques, gel, gants, séparer les tables… "

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici ! 


Revenir
au direct

À Suivre
/