Purificateurs d’air contre le Covid-19 : "On a été contactés par le cabinet d’Olivier Véran la semaine dernière"

Les purificateurs d’air pourraient-ils permettre de réduire la circulation du coronavirus dans les lieux fermés ? Thierry Launois, PDG de JVD, une entreprise nantaise qui conçoit et fabrique des équipements et solutions d’hygiène collective, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 3 mai. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

L'entreprise nantaise JVD propose des purificateurs d'air design et made in France.

"Une réunion prévue cette semaine"

Les discussions sur l’adoption des purificateurs d’air dans l’Hexagone semblent bien complexes. Où en est Thierry Launois, PDG de JVD, une entreprise nantaise qui conçoit et fabrique des équipements et solutions d’hygiène collective ? "On en est au début, explique-t-il. On a été contactés par le cabinet d’Olivier Véran la semaine dernière et il est prévu une réunion cette semaine, dont je ne connais pas l’objectif."

"Je me suis rendu immédiatement disponible car c’est un sujet essentiel, mais je m’étonne du délai qu’il a fallu pour arriver à ce début d’échange", reconnaît-il. Le déploiement de tels purificateurs se fait-il à l’étranger ? "Le pays qui s’est illustré sur le sujet, c’est l’Allemagne. Angela Merkel avait décidé que les écoles de Berlin devaient être équipées en purificateurs d’air. Il y a donc eu des investissements massifs en Allemagne. Cela a participé à banaliser l’usage des purificateurs d’air."

Un ou deux équipements pour un restaurant

"Je ne peux pas vous dire exactement ce qu’il en est dans d’autres pays d’Europe, confie le PDG de JVD. Mais c’est un équipement qui s’installe dans la vie de tous les jours de pas mal de monde. Vous trouvez une innombrable collection de purificateurs entre 200 et 600 euros dans des magasins grand public. Ils ne passent aucune norme et ne font l’objet d’aucun rapport de test par un laboratoire indépendant. Et puis vous avez des produits plus professionnels, à un prix plus élevé, entre 2.000 et 3.000 euros, qui, eux, ont passé un certain nombre de tests, pour prouver la performance et l’innocuité."

Cela suffit-il à nettoyer l’air dans une classe ? "Cela dépend de la taille, estime Thierry Launois. Notre produit garantit une performance remarquable jusqu’à 60 m2. Avec un ou deux équipements, vous pouvez déjà créer un bouclier performant pour la plupart des tables d’un restaurant."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !